Actualités

Après le juge Batubenga, des fortes pressions exercées sur le président du Tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe par des personnes prétextant agir au nom du président de la Cour constitutionnelle pour l’établissement illégal d’un certificat de non contestation dans une affaire de saisie pratiquée sur les comptes de Ruashi Mining au profit d’une société de Pascal Beveraggi

La maffia semble avoir la peau dure. Après avoir manqué de pousser à la faute le juge Laurent Batubenga, le président du Tribunal de commerce de Lubumbashi, la pieuvre est loin de désarmer. Elle veut cette fois-ci essayer de passer par Kinshasa. Il nous revient des sources bien informées que des fortes pressions sont exercées sur le président du Tricom Kinshasa/Gombe par des personnes prétextant agir au nom du Président de la Cour Constitutionnelle, Dieudonné Kamuleta, afin que soit illégalement établi un certificat de non contestations dans une affaire de saisies pratiquées sur les comptes de la société Ruashi Mining par la société Octavia appartenant à Pascal Beveraggi.

Il sied de noter que cette saisie fait déjà l’objet de contestations devant le Tribunal de Commerce de Lubumbashi, seule juridiction légalement compétente du fait de la localisation du siège social de la débitrice en l’occurrence la Societe Ruashi Mining.

De l’avis des spécialistes, le Tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe ne peut donc ni statuer sur les contestations ni délivrer un certificat de non contestation, à moins d’accepter de cautionner ces pratiques tendant à porter un coup à l’Etat de droit.

Dans les milieux économiques, des questions fusent, particulièrement celle de savoir jusqu’où cette maffia récemment dénoncée par le juge Batubenga et la Société civile va-t-elle pousser l’arbitraire et jeter un discrédit de trop sur l’indépendance, la crédibilité et le bon fonctionnement de la justice en République Démocratique du Congo.

Puis celle de savoir si après le président du Tribunal de Commerce de Lubumbashi, celui de Kinshasa Gombe saura-t-il aussi faire preuve de bravoure et de probité face aux interférences illégales au sein de l’appareil judiciaire Congolais.

Dieudonné Kamuleta, déjà contesté par un groupe de sénateurs pour avoir rendu un arrêt contredisant un arrêt précédent dans l’affaire Matata Ponyo, serait-il également prêt à ternir son image en laissant faire ces imposteurs qui roulent avec son nom? Dossier à suivre…

Natine K.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page