ActualitésDossier à la UneEcofinNation

Appui budgétaire à la gratuité de l'enseignement: après la BM, Sele Yalaghuli en plaidoyer à la BAD

La Banque africaine de développement -BAD- se propose d’augmenter son capital de 125%. Après les travaux préliminaires tenus en Égypte, le Conseil des gouverneurs, l’organe suprême de la Banque composé par les ministres des Finances, du Plan ou des gouverneurs des banques centrales des pays membres, se réunit à la faveur de la 5ème Session extraordinaire du 29 au 31 octobre à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en vue d’adopter le projet d’une 7ème augmentation générale du capital -AGC VII- à soumettre au Conseil de la BAD. Cette AGC VII se traduit par une augmentation du capital autorisé de la Banque de 69,46 à 153,19 milliards UC. C’est le résultat d’un remarquable programme de réformes institutionnelles pour une Banque plus forte, entend-on dire au QG. Il sera ensuite question pour les sociétaires de souscrire des actions dans le nouveau capital.

Concernée par cet enjeu, la RD-Congo est représentée à ces assises par le ministre des Finances, Sele Yalaghuli, arrivé dans la capitale ivoirienne mardi 29 octobre. L’argentier national va surtout mettre à profit son séjour ivoirien pour rencontrer mercredi le président de la BAD, le Nigérian Akinwuni Adesina. Objectif: plaider en faveur d’un appui budgétaire formel de l’institution financière continentale après les engagements de la Banque mondiale d’accorder 5 milliards échelonnés sur 5 ans en pour soutenir la gratuité de l’enseignement de base et la couverture santé universelle décidées par le Président de République Félix Tshisekedi et coulées dans le programme du gouvernement Ilunga Ilunkamba.

Le président de la BAD a déjà rencontré le Président de la République Félix Tshisekedi et dit, chaque fois, sa disponibilité à accompagner les initiatives du Chef de l’État et de son gouvernement. Le ministre des Finances a donc reçu mission de travailler à la matérialisation de cette promesse de la BAD. “La gratuité de l’enseignement de base et la couverture santé universelle sont tellement fondamentales qu’elles imposent la mobilisation d’importantes ressources financières. Avec l’Agricultrice, l’Énergie, la Sécurité et les Infrastructures, elles sont aujourd’hui parmi les priorités nationales désignées comme telles par le Président de la République”, explique le ministre chargé d’apporter les réponses concrètes aux besoins financiers de l’État. L’approche est simple à comprendre: outre la rigueur à imposer aux services mobilisateurs des recettes et désormais aux services utilisateurs de ces recettes, en luttant notamment contre le coulage des recettes, Sele Yalaghuli est d’avis que la RD-Congo doit profiter de son retour sur la scène internationale pour rechercher du soutien financier en faveur de ses projets, rechercher les appuis budgétaires pour combler le déficit en recettes, améliorer la gouvernance et envisager sérieusement son développement.

Quelques minutes avant cette rencontre hautement stratégique, Sele Yalaghuli devrait avoir une séance de travail avec le professeur Freddy Matungulu, représentant de l’Afrique centrale au Conseil d’administration de la BAD pour le compte de la RD-Congo pour un mandat de trois ans.

Achille KADIMA MULAMBA, depuis Abidjan

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer