Actualités

2023: Sesanga abat ses cartes. Depuis Lisala, il dévoile ses ambitions

Président national du parti politique Envol, Delly Sesanga Hipungu est en tournée de la «refondation du Congo» depuis le 14 janvier dans le Congo profond. Durant ce périple, la question de sa candidature à la prochaine élection présidentielle est sur toutes les lèvres. Sesanga va-t-il s’arrêter en si bon chemin ou va-t-il franchir le Rubicon et donc se porter candidat à la présidentielle programmée le 20 décembre 2023, comme le lui demandent nombre de ses compatriotes en provinces?

Dans un meeting à Lisala, ville natale du Maréchal Mobutu, Delly Sesanga a enfin répondu par l’affirmative à cette demande. Il a officialisé sa candidature à la présidentielle de 2023. «Félix Tshisekedi a échoué dans sa mission. Il a échoué à consolider la démocratie, à lutter contre la corruption, à préserver l’indépendance. Les gens ont besoin d’une vraie rupture. C’est pour cela que j’ai pris la décision de me présenter», a-t-il expliqué.

L’élu de Luiza vient ainsi allonger la liste de ces poids lourds de la politique RD-congolaise qui sont déjà sur les rangs pour la présidentielle de décembre 2023.

De Kolwezi, dans la province du Lualaba, à Isiro au Haut-Uélé en passant par Kindu au Maniema, les places où Delly Sesanga, président national de l’Envol, tient ses meetings et conférences refusent du monde. Il y a toujours des foules immenses. Il a lancé sa tournée de la «refondation du Congo» à Lualaba, cette province qui l’a vu naître. Au cours de ses rassemblements ou meetings ou encore réunions, des enseignants d’université, étudiants, responsables de la Société civile et autres réclament ses textes de conférence pour une restitution dans leurs milieux de vie respectifs.

L’élu de Luiza a, partout où il est passé, touché la corde sensible de ses concitoyens. Il a parlé à ces populations de leurs difficultés, de leur quotidien… qu’il maitrise bien. «Des difficultés auxquelles l’alternance intervenue au sommet de l’Etat après les élections de 2018 n’a pas trouvé de solution. Le Congolais lambda se sentant comme laissé pour compte», s’est plaint un des habitants de ce coin de la RD-Congo.

A Kindu, deuxième étape de sa tournée, Delly Sesanga a, au cours d’une conférence-débat, échangé avec la population sur le pilier de son projet relatif à la sécurité et l’indépendance nationale. «J’ai constaté dans les interactions les convergences avec les attentes de la population», a indiqué le président national de l’Envol dans un tweet. «L’heure n’est plus aux promesses fallacieuses. Le régime doit nous dire ce qu’il a fait en 4 ans. Le Congo a perdu sa dignité, personne ne nous respecte. Le détournement a atteint des proportions exponentielles, le tribalisme est monté d’un cran, ça suffit», a-t-il déclaré lors d’un meeting à Isiro.

Ainsi, a souligné Delly Sesanga, la refondation de la RD-Congo représente une nouvelle chance de changement qualitatif à saisir par le plus grand nombre de RD-Congolais. Son combat pour la réduction du train de vie des institutions afin d’allouer davantage des ressources aux services sociaux de base, mené depuis les travées de l’Hémicycle fait de l’élu de Luiza «la voix du changement» tant espéré par ses compatriotes. Certains d’entre eux s’impatientent de ne pas le voir s’annoncer sur la ligne de départ pour la présidentielle afin de matérialiser son combat. Ci-contre, l’annonce de candidature de Delly Sesanga à la présidentielle de décembre 2023.


L’annonce de candidature de Delly Sesanga à la présidentielle de décembre 2023

Congolaises, Congolais,

Mes chers compatriotes,

Vous êtes nombreux, comme moi, à vous interroger sur la voie que prend notre patrie: la République démocratique du Congo.  A la suite de la première alternance politique au sommet de l’État en 2018, le peuple congolais avait nourri l’espérance d’un changement dans la conduite des affaires publiques et dans l’amélioration de la qualité du service public à nos populations. Mais, depuis quatre ans, le pays va de mal en pis, et les Congolais souffrent!

Les promesses de l’alternance de 2018 se sont fracassées dans la décadence d’un pouvoir, à coup d’un affaissement moral des dirigeants et d’un ravalement de la Constitution et des Institutions de la République, qui ont fini par mettre en cause notre dignité, notre liberté ainsi que l’indépendance nationale et la foi de certains en l’avenir de notre pays!

Depuis 1960, le temps passe. Les régimes se succèdent et se ressemblent à la limite de la caricature; trouvant même dans les errements des régimes précédents qu’ils ont souvent combattus, le fondement et la justification de leur propre décadence et de leur action politique.

Pour le peuple congolais, rien ne change. C’est à cela qu’il nous faut désormais changer dans notre pays!

Par-delà les discours et les promesses, la réalité est loin d’être le reflet des statistiques grandiloquentes de déni des souffrances des Congolais, et qui sont servies à coup de publicité par la propagande du pouvoir.

Pour des millions de Congolais, la vie quotidienne reste: l’insécurité, la guerre, l’errance, le chômage, les privilèges pour les gouvernants et un système d’inégalités sociales institutionnalisées. L’abandon devant la maladie et les risques de la vie auxquels s’ajoutent très souvent les catastrophes naturelles, les épidémies face à un État désarmé, par l’inconduite de ses propres dirigeants, dans une gouvernance sans planification et sans méthode; et qui finit par alourdir le fardeau des souffrances du quotidien de notre peuple.

Notre peuple est surtout victime de ses dirigeants, seuls bénéficiaires d’un système injuste et indigne dont les fondements restent les trois piliers de la dictature: l’ignorance, la pauvreté de masse et la corruption des dirigeants.

Depuis peu, l’indépendance nationale et l’intégrité territoriale de notre pays sont compromises par les gouvernants, en installant le Congo dans l’antichambre de la balkanisation, là où justement les Congolais ont toujours refusé d’aller!

Aucun patriote, doué de raison et du sens d’humanité, ne pas accepter que la situation actuelle du pays et de notre peuple puisse perdurer!

Le sens de l’histoire nous commande de rechercher la dignité nationale et de notre peuple. Ceci implique un rassemblement de tous les compatriotes, consciencieux pour constituer une volonté commune de puissance, nécessaire à la refondation de l’Etat congolais, au service du bien-être pour tous! Il nous faut pour cela, retrouver dans notre pays le sens de l’intérêt général, bannir l’égoïsme des dirigeants, et rétablir le sens du bien commun.

C’est de la responsabilité de tous et de chacun.

Pour ma part, en trois législatures, je me suis efforcé, seize années durant, sans répit, d’offrir au pays ma contribution en tant qu’élu national en orientant mes initiatives vers la construction d’un État régalien et stratège, juste, bien ordonné et en phase avec les exigences de liberté du monde moderne, pour être digne de nos aspirations, en tant que peuple libre, conscient de son histoire et responsable de son avenir et de sa place dans le monde.

Ainsi, avais-je focalisé mon travail de parlementaire sur la production législative, faisant de la réforme de l’Etat, une préoccupation centrale. J’ai œuvré pendant tout ce temps pour donner à notre pays des bonnes lois.

En outre, et grâce à cette expérience de législateur, j’ai relevé les traits et les conditions pouvant permettre de frayer la voie d’un changement pour le sursaut de notre pays.

Dans ce cadre, j’ai plusieurs fois pris la liberté d’intervenir pour interpeler, alerter, conseiller et proposer la marche à suivre au nom d’une certaine idée de la République et de l’intérêt commun.

Nonobstant cette bonne volonté, toujours affichée, de donner le meilleur de moi-même, avec d’autres, certains d’entre vous, notre voix n’a pas souvent entendue et n’a jamais eu le bénéfice de l’attention nécessaire des dirigeants et des décideurs.

Face à tout cela, vous vous posez la question de ce que devient notre héritage commun et comment faire pour le sauvegarder.    

Mes vingt ans d’engagement au sein des Institutions politiques de notre pays, depuis 2003, m’ont permis de me faire une idée exacte du Congo, de sa situation, ses enjeux, ses problèmes et les attentes de notre peuple.

Cette expérience et les leçons que je tire de l’Histoire de notre pays m’ont conduit à esquisser et à murir le projet de la refondation du Congo, pour offrir aux congolais et à notre postérité les raisons concrètes de croire en leur pays et en un avenir meilleur. Ce projet de rupture par son ambition et l’ampleur des réformes qu’il suggère est formulé autour de cinq axes ci-après:

  1. la sécurité et l’indépendance nationales;
  2. l’emploi des jeunes par l’inclusivité de la croissance d’une économie enfin diversifiée de manière effective;
  3. l’unité nationale par le renforcement de la cohésion physique de notre territoire national grâce à des infrastructures d’intégration de notre espace économique national;
  4. la réhabilitation de l’intérêt général et du sens du bien commun dans le cadre d’une saine gestion des finances publiques, administrées sur une trajectoire d’accroissement continu des ressources, dont l’allocation obéi aux priorités de notre peuple, dans le cadre d’une réduction effective du train de vie des institutions et de l’État;
  5. la réaffirmation de la primauté et de la centralité de l’Etat, au service de la justice, de l’administration du territoire national et de la protection des intérêts nationaux au service de chaque Congolais.

Il s’agit pour moi, des vrais impératifs qui nous appellent au rassemblement, pour porter ensemble, ce projet fédérateur, ambitieux et tout aussi réaliste, à travers une dynamique de rupture fondée sur la transformation sociale de notre pays.

C’est pourquoi, au regard de l’Etat actuel de notre pays, face aux attentes déçues de notre peuple et après mures réflexions, je prends ce jour la décision de me porter candidat à l’élection présidentielle de décembre 2023, en vue de matérialiser ce projet de la Refondation. Il s’adresse à nous tous, comme un appel pour relever le défi d’un Congo nouveau, un Congo différent de celui que nous subissons encore aujourd’hui. Un Congo de nos désirs, un Congo de nos rêves!

Je ne me présente pas à vous comme un homme providentiel, encore que ce temps est révolu et les illusions ont disparu.

Je me présente à vous en patriote déterminé, expérimenté, avec la ferme conviction qu’il est encore possible de changer la destinée de notre pays.

Je me présente à vous avec la pleine conscience de notre Histoire, notre géographie, les enjeux de notre temps convaincu que nous sommes un Grand Peuple, capable de sursaut pour la restaurer la dignité perdue de notre pays, la force vitale de la Nation dans un élan de travail, de rigueur, d’exigence d’abord sur moi-même et du sens de devoir pour chacun d’entre nous.

Je me présente à vous pour un rassemblement, non autour d’un moment ou d’une personne, comme nous l’avons souvent fait par le passé, mais un rassemblement autour d’une vision et d’un projet de Refondation nationale, qui puise ses sources et son inspiration dans notre Histoire, l’énergie et les motifs pour relever les défis de notre temps, notre peuple, notre jeunesse!

Je lance donc un appel patriotique à chacun et à chacune d’entre vous, de partout où vous vous trouvez: «Rejoignez la voie du changement» pour mettre enfin la démocratie au service de la société toute entière, au bénéfice de l’égalité, de la liberté de chaque Congolais.

Que Dieu bénisse le Congo et nous guide dans cette démarche.

Je vous remercie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page