ActualitésDossier à la UneEcofinNation

RDC : Les 14.963.482 USD étaient payés à la SNEL et à la REGIDESO avant l’arrivée de Mayo au gouvernement

Le vice-Premier ministre et ministre du Budget, Jean Baudouin Mayo Mambeke, était mercredi 20 mai 2020, à la séance plénière de l’Assemblée nationale pour répondre à une question orale avec débat lui adressée par le député Antoine Nzangi sur le paiement de 14.963.480 USD à la REGIDESO et SNEL dans le cadre des 100 jours du Chef de l’Etat. Le VPM s’est donné à cet exercice démocratique simplement pour accomplir le principe de la continuité des affaires de l’Etat étant donné qu’il n’était pas encore au gouvernement quand cet argent était débloqué. Malgré cela, Jean Baudouin Mayo a éclairé la lanterne de la représentation nationale sur toutes les questions lui posées et par l’auteur de l’initiative et par les intervenants au débat. «La première tranche destinée à la REGIDESO a été  liquidée sous la rubrique -investissement sur ressources propres-, du pouvoir central pour un import de USD 4.500.000 afin de réaliser les grands travaux à impact visible pour la population. La ligne budgétaire utilisée à cet effet a été trouvée dans la Loi de finances n°18/025 du 13 décembre 2018 de l’exercice 2019 au volume II, des dépenses, à la page 286», a expliqué le VPM Mayo. A la question de savoir dans quelle section et quelle nature économique le gouvernement avait affecté les différents montants débloqués, les réponses de Jean Baudouin Mayo ont coulé comme l’eau du robinet. «Les premières tranches de ces dépenses, à savoir  USD quatre millions cinq cent mille pour la REGIDESO et USD un million six cent mille pour la SNEL, ont été liquidées à la section Ressources hydrauliques – code 50- suivant la nature économique -Réhabilitation et réfection d’ouvrages hydrauliques et hydroélectriques-, codifiée au 82332 de la nouvelle nomenclature  budgétaire édition 2015 à sa page 79. Ce choix a été opéré pour couvrir les travaux de grandes envergures dans le secteur», a signifié le patron du Budget de la République. Et d’ajouter: «les soldes de ces dépenses à savoir USD sept millions deux cent mille et USD un million six cent mille ont été  par contre liquidées au titre des dépenses centralisées, charges communes, gérées par la section 30, suivant les natures  économiques -alimentation en eau- et -alimentation en énergie électrique, conformément à la nomenclature budgétaire de 2015 en vigueur, à la page 72». Quant à la question de savoir les actes générateurs qui ont permis la liquidation de toutes ces dépenses, le vice-Premier ministre a été plus précis. «Les données disponibles à la chaine des dépenses font état des actes générateurs suivants: Pv n°053/2019 point 05 du 15 mars 2019 du comité d’exécution des dépenses  d’urgence, pour la somme de USD  quatre millions cinq cent mille, Etat de sommes du 15 mai 2019 et lettre n°Cab/MINFNANCES/CF/FL/2019/1355 du 13 mai  2019 du ministre des Finances pour un import  de USD  sept millions deux cent mille», a-t-il clarifié. Poursuivant sa réponse, Mayo a donné toutes les références des actes générateurs ayant permis la liquidation de ces dépenses. «Etat de sommes du 15 mai 2019 et lettre n°Cab/Minfinances/Cf/Fl/2019/1354 du 13 mai 2019 du ministre des Finances pour un import de USD Un million six cent mille, PV n°053/2019 point 11 du 15 mars 2019 du Comité d’exécution des dépenses d’urgence pour la somme de USD quatre millions cinq cent mille», a-t-il souligné. A toutes les préoccupations soulevées par les intervenants au débat, le vice-Premier et ministre du Budget a apaisé la représentation nationale par ses réponses bien qu’il n’était pas encore au gouvernement  quant ces dépenses ont engagées. Il convient de souligner qu’outre Mayo, l’Assemblée nationale a aussi entendu le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde. Ce dernier répondait à la question orale avec débat du député Nelly Mbwinga sur les incidents survenus dans le Kongo central entre les adeptes du mouvement polico-religieux Bundu dia Mayala. Si le VPM en charge du Budget avait répondu sur le champ, celui de l’Intérieur reviendra ce vendredi pour rencontrer les préoccupations soulevées par les députés au cours du débat.

Dorian KISIMBA

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer