Sports

Kinshasa: le phénomène motocycliste «Wewa» fait rage

Depuis quelques années, l’on ne peut traverser un coin de la capitale RD-congolaise sans rencontrer un taxi-moto communément appelé «Wewa». Cette situation est devenue une réalité quotidienne à Kinshasa à tel point que ce moyen de transport a brûlé la politesse à d’autres plus anciens que lui. Le Wewa a pratiquement envahi le secteur de transport en commun. Quelques coins de la ville, considérés enclavés ou jugés impraticables par les conducteurs des véhicules, en bénéficient sérieusement.
Le phénomène motocycliste fait rage à Kinshasa, la capitale RD-congolaise. Les Kinois, abordés par les reporters d’«AfricaNews», ont donné leurs points de vue sur ce fait en disant qu’il fait suite aux difficultés de transport en commun dont est victime la population habitant surtout les recoins de Kinshasa. Boudé dans ses débuts par certains Kinois, le taxi-moto a fini par s’imposer avec le temps. Dans certains quartiers, la population n’a pas de choix que celui d’emprunter ce moyen de transport, vu l’état de délabrement dans lequel se trouvent certaines routes. Cependant, un constat objectif est que l’avènement des motos dans le secteur de transport en commun dans la capitale RD-congolaise a, à priori, apporté un ouf de soulagement pour les habitants des différents quartiers, entre autres Kimbwala, Malweka. «Quant à moi, le taxi-moto nous aide dans le domaine de transport. Mais vu la façon dont les jeunes gens conduisent leurs motos, je pense qu’il faut mettre fin avec des taxis-motos», a laissé entendre Hubert Kanika, un habitant du quartier Kimbwala. La contradiction n’a pas tardé. D’autres pensent que si on mettait fin avec les motos, le transport deviendrait encore très difficile. «L’on retrouve aussi ces motocyclistes dans les grandes artères de Kinshasa en train de porter secours aux habitants lorsque les arrêts sont pris d’assaut par la population à l’attente d’un taxi ou taxi-bus pour joindre le centre-ville ou les autres communes de la capitale», a ajouté Hubert Kanika. Malgré cet aspect positif, les taxis-motos sont à la base de nombreux accidents dans la capitale. Cause: manque d’expérience de certains motocyclistes, non respect du code de la route et manque des voies appropriées pour la circulation de ces engins. L’avènement des taxis-motos ne contribue pas seulement au soulagement dans le secteur de transport en commun dans certains coins de la capitale, il est également porteur des malheurs dans plusieurs familles. La question que la population se pose est celle de savoir s’il faudra continuer avec les taxis motos ou carrément interdire leur circulation dans la capitale. «Nous aimerions bien qu’on arrête avec ce moyen de transport, parce qu’il y a trop de dégâts. Les motocyclistes roulent rapidement sans contrôler et occasionnent beaucoup d’accidents», ont déclaré d’autres Kinois, soulignant qu’il appartient à l’Etat de prendre des mesures conséquentes quant à cela.
Jérôme LUPUNGU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer