RDC: Eudoxie Mangaza crie à la discrimination de la gente féminine dans la nomination des hauts magistrats

0
1

Vendredi 7 février 2020, le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a nommé les membres du bureau du Conseil supérieur de la magistrature. Parmi les nominés, aucune femme. Révoltée, Eudoxie Mangaza, présidente de la ligue des femmes de l’Alliance des patriotes de la nouvelle génération -APNG-, parti cher à Adolph Mwarabu, qui milite jour et nuit pour le respect de la parité dans toutes les instances du pays, crie à la discrimination de la gente féminine. Par ailleurs, elle invite Fatshi à tenir compte de la représentativité homme-femme lors de la nomination des mandataires publics ainsi que des ambassadeurs.

«Nous ne cesserons de le dire aussi longtemps que les droits de la femme continueront à être bafoués», a souligné Eudoxie Mangaza, présidente de la ligue des femmes d’APNG, suite à la nomination des membres du bureau du Conseil supérieur de la magistrature. Indignée par l’absence totale des femmes dans cette Ordonnance signée par le Président de la République, cette dernière crie à la discrimination de la femme dans les instances supérieures de l’appareil judiciaire RD-congolaise. Selon cette femme battante, la Constitution de la RD-Congo, dans son article 14, exige la présence des femmes dans toutes les institutions du pays. Elle déplore que parmi les nominés ne figure même pas une seule femme. «Ce genre de comportement tente à décourager nos jeunes étudiantes. Il n’y a-t-il pas de femmes capables d’exercer ces fonctions? Pour une fois, je viens de tirer encore la sonnette d’alarme pour faire respecter les droits de la femme», s’exprime-t-elle. Eudoxie Mangaza insiste également sur le fait que la parité homme-femme est un droit légitime de la femme que tout le monde doit le respecter. «Nous ne quémandons pas la représentativité de la femme dans les instances de la République. C’est notre droit. Voilà pourquoi  nous la revendiquons», martèle-t-elle. Par rapport à la nomination des mandataires publics, ambassadeurs et autres fonctions, la présidente de la ligue des femmes de l’APNG invite le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi à tenir compte de la représentativité homme-femme. «Nous savons qu’il y a encore d’autres postes qui attendent les nominations en l’occurrence des mandataires publics, des ambassadeurs. Sur ce, nous interpellons le Chef de l’Etat de ne pas oublier les femmes», conclut-elle.

Mymye MANDA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here