NationSécurité

Un réseau de trafiquants des minéraux radioactifs maîtrisé

Joli coup de filet des services de sécurité dans la province du Haut-Katanga. En fait, un réseau de trafiquants des minéraux radioactifs opérant dans cette partie de la République a été maîtrisé grâce à la vigilance des agents de sécurité. Des sources renseignées indiquent que parmi les personnes impliquées dans ce réseau illégal, se trouverait un groupe d’officiers supérieurs de l’armée, d’autres cadres de l’administration publique et des opérateurs politiques. À la Présidence de la République, l’on porte un regard soutenu dans cette affaire. Et c’est l’assistant en charge de la sécurité politique au cabinet du Conseiller spécial en charge de la Sécurité du Chef de l’État qui est à la tête d’une mission d’enquête sur place. Yane Fumuatu s’emploie ainsi à faire la lumière sur tous les contours de ce trafic pour qu’éventuellement les présumés trafiquants soient mis, dans les prochains jours, à la disposition de la justice.

Bonnes nouvelles en provenance de la province du Haut-Katanga. Des trafiquants des matières hautement radioactives sont aux arrêts depuis quelques jours dans cette province cuprifère. Ils appartiennent à un réseau qui serait en voie d’être complètement démantelé, selon les sources locales. Et, à l’évidence, pour pareil trafic, le réseau a sûrement des contacts avec l’étranger. Ce joli coup de filet opéré par les services de sécurité s’inscrit, sans doute, dans la matérialisation de l’engagement du Chef de l’État Félix Tshisekedi à juguler le fléau de la corruption et de la fraude qui occasionne des milliards de dollars de manque à gagner au Trésor public. Et c’est dans ce cadre que dans le Haut-Katanga, des mesures de sécurisation des sources radioactives, décrues depuis des années, se multiplient. Parmi les personnes impliquées dans ce réseau illégal, soulignent les sources bien renseignées, se trouverait un groupe d’officiers supérieurs de l’armée et d’autres cadres de l’Administration publique et même des opérateurs politiques. L’information n’a pas été démentie dans les milieux sécuritaires, où renseigne-t-on simplement qu’une mission d’enquête composée notamment des membres du cabinet du Conseiller spécial en charge de la Sécurité du Chef de l’État est sur place. Cette mission sous la conduite de l’assistant en charge de la Sécurité politique, Yane Fumuatu, s’emploie à faire la lumière dans cette affaire. Dans les prochains jours, on s’attend ainsi à la mise à la disposition de la justice de ces présumés trafiquants. Il y a lieu de rappeler qu’en début du mois de juin, «RFI» avait également rapporté la disparition des récipients au fort taux radioactif, constatée dans les installations de la Gécamines. Selon «RFI», la source de l’enquête avait confirmé l’information, en précisant qu’après usage, ces récipients étaient stockés dans un endroit protégé contre la radioactivité et les vols. Et, pour les spécialistes, bien que devenus inutiles pour les entreprises minières, ces récipients présentent toujours un danger pour la population à cause de leur radioactivité évidente, ajoute un spécialiste qui précise également que ces produits sont également recherchés pour la fabrication des bombes artisanales. Ce qui est vrai est que dans cette affaire, des suspects, pour la plupart des cadres et agents de Gécamines, ont été arrêtés selon des sources à Lubumbashi et transférés à Kinshasa. Ya KAKESA

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Fermer