Politique

Meeting d'aujourd'hui: le Rassemblement le maintient, la Police promet d’empêcher les attroupements et Maman Sidikou appelle à la retenue

Le Rassemblement de l’Opposition confirme la tenue de son meeting programmé le samedi 5 novembre en face du stade de martyrs à Kinshasa, bravant ainsi l’interdiction des manifestations politique émises récemment par les autorités urbaines.
Dans une interview accordée vendredi à «Radio Okapi», le secrétaire général de l’UDPS, Jean-Marc Kabund-a-Kabund, a indiqué que ce meeting se tiendra conformément à l’article 26 de la Constitution consacrant la liberté d’expression, d’opinion et des manifestations à toute organisation citoyenne ou politique.
Au lendemain des manifestations de l’Opposition du 19 et 20 septembre derniers pour réclamer la convocation de l’électorat pour la présidentielle qui ont tourné en émeutes faisant au moins cinquante morts, les autorités de Kinshasa avaient interdit jusqu’à nouvel ordre toute manifestation à caractère politique dans la capitale de la RD-Congo.
Le secrétaire général de l’UDPS qui rejette cette interdiction affirme que la Constitution RD-congolaise consacre la liberté d’expression ne prévoit pas une autorisation pour une manifestation politique mais simplement une information à l’autorité urbaine.
«Chose que nous avons faite depuis le 2 novembre 2016», a-t-il précisé. Il appelle tous les militants et sympathisants du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement à se réunir samedi à 11 heures devant le stade des martyrs.
Par ailleurs, Jean-Marc Kabund-a-Kabund met en garde la Police contre toute tentative d’obstruction de ce meeting. «Au cas où la police s’en prenait à la population, ils porteront la lourde responsabilité de toutes les conséquences qui adviendront comme ce fut le cas les 19 et 20 septembre derniers», a-t-il prévenu.
«La police empêchera tout attroupement»
De son côté, le porte-parole de la Police nationale, le colonel Pierrot Mwanamputu, a indiqué que la police n’a jamais reçu une instruction des autorités RD-congolaises relatives à ce meeting de l’Opposition.
Pour la police donc, ce meeting est interdit, a-t-il soutenu. Il déconseille le Rassemblement de l’Opposition à tenir de force cette manifestation, soulignant que la police ne tolérera aucune perturbation de l’ordre public durant la journée de samedi 5 novembre. «Nous allons nous organiser pour qu’il n’y ait pas d’attroupement», a-t-il prévenu.
Il appelle la population à vaquer librement à ses occupations, ajoutant que toutes les dispositions ont été prises par les forces de l’ordre pour faire respecter l’instruction de l’autorité politique.
Maman Sidikou appelle à la retenue
A la veille du meeting annoncé par le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement à Kinshasa, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en RD-Congo, Maman Sambo Sidikou, a lancé vendredi 4 novembre un appel à «tous les RD-Congolais, notamment les organisateurs de ce meeting et leurs militants ainsi qu’aux forces de l’ordre de la ville de Kinshasa censées encadrer cet évènement à faire preuve de retenue et de responsabilité».
Le chef de MONUSCO a souligné la nécessité du respect par tous des lois de la République, y compris les dispositions constitutionnelles garantissant les libertés de manifestation, de réunions pacifiques et d’expression, dans un espace politique ouvert. «Ce sont là les conditions indispensables à une démocratie véritable et vivante», a-t-il estimé. «Nous prenons entretemps des mesures pour renforcer nos patrouilles demain dans la ville de Kinshasa pour veiller, en soutien aux forces de sécurité RD-congolaises, au respect de la personne humaine et la protection des biens publics et privés», a annoncé Maman Sambo Sidikou.
Bons offices des évêques
La MONUSCO réaffirme par ailleurs tout son soutien aux «efforts nobles des évêques catholiques pour parvenir à un plus large consensus visant à apaiser les esprits et permettre l’organisation d’élections paisibles, crédibles et transparentes dans un délai raisonnable, à travers l’Accord politique du 18 octobre», signé à l’issue du dialogue politique de la Cité de l’UA à Kinshasa. Sidikou a ainsi fait état d’un «espoir réel de contacts constructifs» entre le camp des signataires de ce texte et celui des leaders du Rassemblement, qui ont boycotté ce forum. Dans le même ordre d’idées, il a salué l’implication de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs -CIRGL- pour accompagner ces efforts en vue de sauvegarder la stabilité de la RD-Congo.
 
Schilo TShitenga

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer