ActualitésDossier à la UnePolitique

Dossier Bahati: Fatshi interpellé

Le même message s’adresse à l’autorité morale du FCC, Joseph Kabila, prié d’appeler au bon sens son regroupement politique  

Le dédoublement de l’Alliance des forces démocratiques du Congo et alliés -AFDC-A, regroupement politique cher à Modeste Bahati Lukwebo, suscite l’intérêt de plusieurs acteurs socio-politiques de la RD-Congo. Du Cardinal Ambongo au président du CNSA, Joseph Olengankoy, en passant par la cheffe de la MONUSCO, Leila Zerrougui, des voix se lèvent pour réclamer que justice soit faite dans le dossier AFDC-A. Ces différentes personnalités, rencontrées tour à tour par Modeste Bahati Lukwebo et autres membres de son regroupement, ont interpellé les Présidents Félix-Antoine Tshisekedi et Joseph Kabila, respectivement autorités morales du CACH et du FCC, afin de rétablir l’AFDC-A dans ses droits et de mettre définitivement fin à son dédoublement.

La cheffe de la MONUSCO, Leila Zerrougui, a reçu la visite d’une délégation de l’AFDC-A, conduite par son président et autorité morale Modeste Bahati Lukwebo, le jeudi 9 janvier 2020. «La MONUSCO, partenaire de la RD-Congo, a une mission de stabilité. On ne peut pas parler de la stabilité là où il y a l’injustice», a déclaré Bahati Lukwebo au sortir de cette rencontre. De sa part, la représentante spéciale du SG des Nations unies a promis de prendre langue avec les différents acteurs impliqués dans ce dossier pour trouver une issue en faveur de la justice, car, a-t-elle estimé, cette affaire risque de créer l’instabilité dans le pays, l’AFDCA étant implantée à travers le territoire national. Une semaine plus tôt, l’autorité morale de l’AFDC-A, accompagné des chefs des partis et personnalités politiques membres de ce regroupement ainsi que des députés et sénateurs, a échangé avec le Cardinal Fridolin Ambongo au sujet du calvaire traversé par sa formation politique. Pendant deux heures, ils ont débattu avant d’obtenir du Cardinal RD-congolais son accompagnement en qualité de pasteur au service de la paix et de la justice. L’Archevêque de Kinshasa a en plus promis son implication dans cette affaire de dédoublement, dont la solution avait déjà été trouvée lors du dialogue de la Saint-Sylvestre. Il n’a pas manqué de féliciter les autorités de l’AFDC-A d’avoir privilégié les voies pacifiques afin de solutionner ce problème qui risque de porter une atteinte sérieuse dans le fonctionnement de la jeune démocratie RD-congolaise. Avant le Cardinal Ambongo, c’est le président du CNSA, Joseph Olenghankoy, qui a accordé, lundi 30 décembre 2019, une audience à Modeste Bahati et sa délégation au sujet du dédoublement de l’AFDC-A. Le CNSA a reconnu que la vraie AFDC-A reste celle dirigée par le sénateur Modeste Bahati Lukwebo, non sans rassurer de son implication pour que ce regroupement politique soit rétabli dans ses droits. Une manière, pour le président du CNSA, de décrisper davantage le climat politique en RD-Congo et de favoriser la paix et un Etat de droit comme le veut le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Outre ces trois personnalités, d’autres acteurs majeurs de la scène politique ont aussi donné de la voix au sujet de l’affaire AFDC-A. Il s’agit notamment de Gabriel Kyungu wa Kumwanza, Muhindo Nzangi et autres. Formelles, toutes ces personnalités ont appelé à la reconnaissance de l’aile Bahati comme la vraie AFDC-A. Dans ce sens, le VPM en charge de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, a tranché en faveur du camp du sénateur Bahati Lukwebo, reconnaissant en ce dernier le droit d’engager l’AFDC-A vis-à-vis des tiers.

KISUNGU KAS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer