ActualitésNation

Ghonda: «la sagesse de la présidente Mabunda m’a marqué»

A quelques jours de la clôture de la session de mars, l’heure est au bilan. Approché, le député national Antoine Ghonda Mangalibi estime qu’il revient à la population de faire le bilan du travail réalisé par leurs élus pendant la session de mars 2020. «Quand un ouvrier est à l’ouvrage, il ne peut encore porter un jugement. Pour le cas précis, il appartient au peuple d’en juger», a souligné l’élu du Kongo central. Par rapport à la conduite des travaux à l’Assemblée nationale, le député Ne Kongo a jeté des fleurs à la présidente de la Chambre basse, Jeanine Mabunda, qui reste toujours à la hauteur de sa tâche. «Je dois vous avouer que ce qui m’a surtout marqué, c’est  de voir la sagesse que la présidente de l’Assemblée nationale a en ce moment précis. Parce qu’on ne pensait pas qu’une femme serait à la hauteur pour diriger l’Assemblée nationale. Moi, j’affirme avec force qu’elle est plus qu’à la hauteur», a-t-il soutenu. Le notable de Kisantu a, par ailleurs, reconnu que la session de mars a été difficile au regard du contexte de la coalition FCC-CACH qui, par moment a évolué en dents de scie.

 A la question de savoir ce qui l’a marqué au cours de la session de mars, Antoine Ghonda a précisé: «c’est une session qui a été difficile. Difficile parce que c’est pour la première fois qu’on a une législature dans un contexte qui est différent. Un contexte de coalition. Un contexte où on a deux familles qui se mettent ensemble pour pouvoir gérer. Et nous sommes dans une nouvelle majorité qui a évolué par moment en dents de scie. C’est difficile parce que de fois il faut gérer au niveau de la base, c’est-à-dire ceux qui nous ont envoyés  et au même moment il faut gérer au niveau de la capitale les crises de tendances pour que les revendications que nous amenons au niveau de l’Exécutif national puissent être comprises sans qu’il y est des disfonctionnements en termes de la coalition. Finalement, nous avons une double tâche». Et de continuer: «on dirait que c’est une session qui n’a été facile pour nous autre. Par rapport à cela, nous les députés, nous avons toujours été incompris. Et avec des crises que nous avons connues ici, les gens pensent que se mettre dans la posture de coalition, est un antagonisme qui vient là pour tirer la couverture  d’un côté ou de l’autre. Ce qui n’est pas le cas pour nous autres».

A la question du bilan de la session de mars, le député Ne Kongo estime qu’il revient à la population d’en juger et non au député de juger son propre travail. «Quand un ouvrier est à l’ouvrage, il ne peut pas encore porter un jugement. Je dirai que c’est assez prétentieux de porter un jugement pour le moment. C’est ce qui est important en termes de lois, je dirai dans la généralité c’est dire dans le bon fonctionnement». Et d’ajouter: «au moment où nous sommes entrain de parler, on voit que le gouvernement sollicite une prorogation par rapport à l’état d’urgence et qu’on voit des tendances de réserves, il faut  quand-même avoir un sens de responsabilité pour comprendre que même s’il y a des crises et des tensions, il y a quand-même l’intérêt supérieur de la nation qui est à prévaloir. Par rapport à cela, je dois vous avouer que ce qui m’a surtout  marqué, c’est  de voir la sagesse que la présidente de l’Assemblée nationale a en ce moment précis. Parce qu’on ne pensait pas qu’une femme serait à la hauteur de diriger l’Assemblée nationale. Moi, j’affirme qu’elle est plus qu’à la hauteur».

Dorian KISIMBA.

Articles similaires

Fermer
Fermer