Foction publique: Yolande Ebongo imprime ses marques à la Fonction publique

0

Les 100 premiers jours de Yolande Ebongo Bosongo à la tête du ministère de la Fonction publique ont été, selon des témoignages concordants, éloquents et de nature à faire de ce portefeuille «un pilier pour le développement de la RD-Congo». Dès sa prise des fonctions officielle, Yolande Ebongo, soucieuse de cerner et de résoudre les différents maux qui gangrènent l’administration publique, a résolu d’élaborer une feuille de route. Objectif: donner des ailes à la réforme de l’administration publique enclenchée depuis 2002 mais qui peine à prendre de l’envol. C’est la priorité des priorités de Yolande Ebongo Bosongo. Ainsi, la feuille de route, qu’elle a fait élaborer, a été assortie de 7 axes stratégiques. Au nombre de ces axes, l’on retrouve, par exemple, la conduite de la réforme de l’administration publique pour une meilleure gestion des agents de carrière des services publics de l’Etat avec comme leitmotiv atteindre les objectifs partiels de la réforme. Il y a aussi la maitrise des effectifs et de la masse salariale. «Ici, il est question de rationaliser la gestion des agents de l’administration publique et ceux des budgets annexes et améliorer le système d’information statistique», explique-t-on. Un autre axe stratégique est l’appui à la décentralisation administrative qui consiste à appuyer les provinces dans la mise en œuvre de leurs fonctions publiques provinciales et locales, ainsi que le suivi des relations avec les syndicats et organismes professionnels de la Fonction publique, le souci étant de consolider le cadre permanant de dialogue social avec le banc syndical afin d’instaurer la paix sociale. Loin d’être une feuille morte, la feuille de route de la ministre Yolande Ebongo a prévu des actions concrètes dont certaines ont déjà été réalisées lors de ses 100 premiers jours à la tête du ministère de la Fonction publique. «Cette feuille de route reprend des actions phares pour une période de 5 ans soit de 2019 à 2023. C’est un programme de rupture et d’innovation en ce qu’il vise à conduire les changements et les ajustements nécessaires de la réforme et de la modernisation de l’administration publique», a soutenu le cabinet du ministère de la Fonction publique, qui cite comme actions déjà réalisées l’élaboration du projet du Cadre stratégique de la numérisation du ministère de la Fonction publique. «C’est un projet qui vise à renforcer l’efficacité de l’action du ministère de la Fonction publique en matière d’organisation du travail administratif, de promotion des carrières et du personnel, de préservation des ressources financières, de réduction des pertes, irrégularités et de planification de la mise en œuvre de bonnes mesures pour atteindre les objectifs de la réforme: mise à la retraite, le rajeunissement, la maitrise des effectifs», a-t-on appris. Mentionnons aussi, à titre d’actions réalisées par la ministre Yolande Ebongo lors de ces 100 jours, la relance des activités des Groupes thématiques sectoriels -GTS-, qui est un cadre de concertation resté en veilleuse pendant 4 ans, ainsi que l’élargissement des partenaires techniques et financiers afin de diversifier l’appui à la réforme, la préparation de la revue globale de la réforme de l’administration publique en vue de dresser un état des lieux sans complaisance des processus de la réforme en janvier 2020. Tant d’autres actions sont à mettre à l’actif de Yolande Ebongo pour réussir le pari de réformer l’administration publique. Il s’agit notamment de la rénovation de l’environnement de travail par l’acquisition des mobiliers et matériels de bureau pour le cabinet et l’administration, lancement, dans le Lualaba, du stage professionnel de 1.000 jeunes professionnels dans les administrations provinciales pour matérialiser la décentralisation administrative, l’organisation de la sortie des élèves de la 5ème promotion de l’ENA et leur affectation au sein des administrations sectorielles puis l’organisation des épreuves écrite et orale pour le recrutement des élèves de la 6ème promotion de l’ENA avec publication des résultats et lancement de l’année en décembre 2019.

Sur la liste des actions de Yolande Ebongo, il faut ajouter la revisitation des résultats de la 2ème vague des structures standards,  la relance du Comité de pilotage de la modernisation de l’administration publique -CPMAP-, la relance de la prise en charge de la retraite ainsi que l’organisation de la quinzaine de lutte contre la corruption et de la journée porte ouverte au ministère. Autant d’œuvres qui laissent comprendre que Yolande Ebongo Bosongo imprime ses marques à la Fonction publique.

Laurent OMBA