RDC: Marie Josée Mujinga plaide pour la remonte du quota des femmes au sein de l’appareil judiciaire

0

A ce jour, sur 3080 magistrats que compte la RD-Congo, 552 seulement sont des femmes. Face à ce tableau peu luisant en termes de parité ou égalité de chance, la Présidente de l’Association des femmes magistrates du Congo, Marie Josée Mujinga, profite du mois de mars pour sensibiliser aussi bien les femmes de son secteur que le pouvoir judiciaire. A la faveur d’une table ronde organisée, mardi 03 mars à Kinshasa, sur les diverses voies d’accès à la justice pour les femmes en RD-Congo, elle a déclaré que le recrutement des magistrats au sein de l’appareil judiciaire RD-congolais doit respecter le genre. A l’en croire, le fait de plaider pour remonter le quota des femmes au sein de la magistrature de la RD-Congo ne veut pas dire qu’il s’agit de favoriser ces dernières. Au cours de son intervention, la  présidente de l’Association des femmes magistrates du Congo a précisé que la femme doit mériter d’être magistrate et accepter d’être affectée partout où le besoin se fait sentir. Par ailleurs, elle a déploré le fait qu’il n’existe aucune femme magistrate à la Cour constitutionnelle, au Conseil d’État voire à la Cour de cassation où on ne trouve qu’une femme qui assume les fonctions de Conseillère. Marie Josée Mujinga plaide en faveur de l’augmentation du nombre des femmes au sein de la magistrature RD-Congolaise, en vue de valoriser les compétences féminines. Selon elle, le faible nombre des magistrates s’explique notamment par un relatif désintéressement des femmes pour la carrière de magistrat. «La magistrature n’est pas une profession libérale et il faut savoir concilier la carrière professionnelle et la vie de famille. Ce qui n’arrange pas toutes les femmes», a-t-elle expliqué. Elle a déploré, en outre, la lente promotion des magistrats femmes.

OK