Affaire Gécamines: Constant Mutamba menace de porter plainte contre Georges Kampiamba

0

«Il n’y a jamais eu de prêt de 200.000.000 euros accordé à la Gécamines, mais plutôt 128.000.000 euros», a précisé Constant Mutamba Tungunga, mandataire en mines et carrières, lors d’une conférence de presse qu’il a animée samedi 28 décembre 2019 à Kempinski Hôtel Fleuve Congo, rappelant que le 2 octobre 2017, la Gécamines et Ventora développement -ex-Fleurette Mumi Holding- ont signé un contrat de prêt de 200.000.000 d’euros. «Le recours à Ventora s’est justifié par l’incapacité financière des banques congolaises à prêter à leurs clients des fonds d’une certaine hauteur», a expliqué Constant Mutamba. Ce contrat élaboré, a-t-il relaté, par un cabinet d’avocats américains est en réalité une ligne de crédit ouverte à la Gécamines. Ce mandataire en mines a poursuivi que, le même jour, la Gécamines a formulé une demande de 128.000.000 euros. Cette somme sera logée dans une banque en Autriche, est passée par ING en Belgique avant d’atterrir à la Rawbank en RD-Congo, où la Gécamines va créer alors un sous-compte de son compte principal intitulé «Gécamines développement». «Ce fonds de 128.000.000 euros est resté logé dans ce sous-compte pendant un mois, avant d’en verser, après tirage, 90% au compte du Trésor public comme acompte sur fiscalité, sur demande du gouvernement. La lettre de titrisation du ministre des Finances en fait foi. Seuls 10% de cet argent sont restés au compte de la Gécamines. Le swift et les extraits bancaires des opérations qui existent, en font foi. Tout ceci a été coulé dans un PV approuvé par l’assemblée générale de l’actionnaire unique qui est l’Etat congolais. L’Etat a donc fait appel à son propre bien», a fait savoir Constant Mutamba lors de sa conférence de presse, signifiant que l’échéance de remboursement de ce prêt a été fixée à 6 mois après la conclusion du contrat. Pour lui, il n’y a donc jamais eu détournement, encore moins blanchiment d’argent, car la provenance et l’affectation de ce fonds n’ont jamais été dissimulées. «La traçabilité des opérations y afférentes en fait foi», a-t-il souligné, dénonçant les fausses allégations portées à charge des dirigeants de la Gécamines sont constitutives des infractions de diffamation et imputations dommageables, prévues et punies par le code pénal RD-congolais. Pour ce, Constant Mutamba menace de déposer une plainte en bonne et due forme contre Georges Kampiamba et scie. «Entre le paiement de ce fonds et la disparition de la Gécamines, le choix est clair. Il appartient à Ventora d’obtenir la levée de ses sanctions avant paiement», a conseillé Constant Mutamba, estimant que le dossier opposant la Gécamines à Ventora est juridiquement vide. Ci-dessous, l’intervention de Constant Mutamba.

Tino MABADA