Dossier à la UnePolitique

Sindika Dokolo : alertes rouges du gendre de Dos Santos

Kinshasa se prépare-t-elle au pire? Sindika Dokolo, fils de Dokolo Sanu, golden boy des années Mobutu, le pense et en fait ouvertement part dans des messages sur les réseaux sociaux. Des alertes rouges dans lesquelles il évoque une ambiance de fin de règne en République Démocratique du Congo.
Dans un premier tweet posté dimanche 9 avril, Sindika Dokolo écrit: «Ambiance de fin de règne… Sans institutions, l’avenir de la RDC va se jouer dans la rue. À qui la responsabilité?».
Puis, un deuxième tweet, quelques heures après: «Le respect des accords, des lois et du serment constitutionnel valent mieux qu’un isolement diplomatique».
Puis encore, un troisième, à quelques minutes d’intervalle du précédent: «Ça n’était pas l’année dernière les élections? Soyons sérieux, les déclarations d’intention ne convainquent pas».
Voici que les messages de Sindika Dokolo interviennent quelques heures après les déclarations du président de l’Union africaine Alpha Conde, de l’Union européenne et de Bruxelles, qui accusent Kinshasa de s’être écarté de l’Accord du 31 décembre de par la nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre.
Voici que Sindika choisit de se produire la veille de la marche de protestation projetée le 10 avril par le Rassemblement, le jour même où Moise Katumbi appelle la population à la résistance contre les institutions.
Sindika est homme d’affaires et collectionneur d’art engagé pour la RDC et l’Afrique, tel qu’il le réclame sur son compte Twitter. Il a le droit de parler de la situation politique dans son pays, la République Démocratique du Congo. Mais sa position dans la cour présidentielle à Luanda, en Angola, où il a épousé la fille de Dos Santos, président de l’Angola, la première puissance militaire dans la sous-région dont les forces armées, les FAA, ont déjà participé au renversement des régimes, devrait embarrasser Luanda et mettre mal à l’aise Kinshasa… pour des raisons évidentes. Le poids des mots et le statut de l’émetteur, ça doit encore nous dire quelque chose.
Natine K.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer