RDC : Botswali, le prophète avait averti Fatshi sur la situation politique tumultueuse actuelle

La RD-Congo traverse, depuis peu, une situation politique tumultueuse due aux divergences des points de vue au sein de la coalition FCC-CACH qui dirige actuellement le pays. Ce paysage politique qui crée également des divisions au sein de l’opinion tant nationale qu’internationale, avait été prédit par certains analystes politiques avertis, au regard des contours du processus électoral ayant conduit à l’élection de l’actuel Chef de l’Etat ainsi qu’au mode de gestion inédit de la chose publique. C’est le cas de la Convention pour la démocratie et la liberté -CODELI-, parti politique cher à Barthélemy Botswali, qui a adressé une correspondance au Président Félix Tshisekedi en date du 02 décembre 2019.

Dans sa lettre, la CODELI avait prévenu le Président de la République de «signes avant-coureurs qui montraient que le pays allait déjà vers un mur». Sans aller par le dos de la cuillère, ce parti politique a invité Félix Tshisekedi à organiser un cadre d’échanges qui devrait réunir les groupes politiques, les personnalités politiques et scientifiques pour débattre de problèmes qui rongent la RD-Congo. «Il ne faut pas qu’on se trompe. La vérité est devant nous. On s’achemine vers un mur. La crise est là, il ne faut pas se laisser leurrer. Il faut l’affronter et la prévenir, en l’étouffant dans l’œuf. Les élections, comme la guerre, n’ont jamais été une solution définitive.

Il faut toujours savoir négocier l’après-élection comme l’après-guerre», lit-on dans cette lettre de la CODELI qui date de 2019. Insistant également, dans sa lettre au Chef de l’Etat, sur le fait que le pays a besoin de la vraie paix intérieure des cœurs et d’une cohésion nationale qui doit se vivre au quotidien, la Convention pour la démocratie et la liberté a fait savoir à Fatshi que la coalition FCC-CACH dans laquelle il s’est recroquevillé n’est qu’une illustration parfaite de l’exclusion qui, malheureusement, n’a jamais profité à la nation. L’ouverture à laquelle la CODELI a appelé le Chef de l’Etat, devrait favoriser aussi la cohésion nationale. Dans la même lettre, le parti politique de Barthélemy Botswali a demandé à Félix Tshisekedi de faire le choix entre le Congo qui sombre et le Congo de la paix et de la prospérité.

«La solution, c’est la réconciliation et le rassemblement de tout le peuple congolais. C’est votre rôle comme garant et père de la nation», a conseillé la CODELI. Et d’avertir: «le Congo recommence à se fragmenter en tribus, en ethnies, en originaires de…, et les gens se battent et cherchent à verser le sang des autres. Ce n’est pas ce que le Congo veut, ni ce que vous voulez». En lisant entre les lignes de cette lettre, la Convention pour la démocratie et la liberté voudrait bel et bien voir le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi envisager les voies et moyens de mettre les filles et fils de la RD-Congo ensemble. Ainsi, le pays éviterait les divisions tribales, claniques et politiques comme c’est le cas actuellement.

Tino MABADA