Dossier à la UnePolitiqueSociété

RDC : Au ministère du développement rural, François Rubota se met au travail

Le ministre d’Etat en charge du Développement rural, François Rubota Masumbuko, s’est vite mis au travail, après sa prise des fonctions à la faveur d’une cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur Guy Mikulu. Mardi 04 mai 2021, le nouveau ministre a fait le tour de différents services de son ministère, sous les ovations des agents et cadres qui visiblement se sont montrés prêts à accompagner leur ministre. Accompagné du Secrétaire général Georges Koshi Gimeya, le nouveau patron du développement rural a procédé à une visite guidée des installations du secrétariat général avant d’y tenir une réunion de service. C’était aussi l’occasion pour lui d’être présenté à l’ensemble du personnel de son ministère.

«Nous avons attendu depuis des lustres, on s’est démené, enfin, le soleil s’est levé. Et d’aujourd’hui, nous sommes élevés au niveau du ministère d’Etat. C’est un honneur pour nous parce qu’il est écrit dans le programme du Président de la République et dans le programme du gouvernement, le développement par la base», s’est réjoui le Secrétaire général au développement rural, l’ingénieur Georges Koshi Gimeya dans son mot d’accueil. Puis, il s’est adressé au nouveau ministre en ces termes: «certes, vous arrivez dans un environnement où tout est à faire ou presque. Avec le vaste programme du gouvernement, vous êtes là aujourd’hui pour orienter, donner des lignes directrices, pour qu’ensemble, avec vous, sous votre leadership, que l’administration accomplisse les tâches lui assignées par le gouvernement. Et demain qu’on puisse dire que nous n’avons pas commis d’erreur en élevant le développement rural au rang de ministère d’Etat».

Devant les agents et cadres, le SG Koshi a promis au nouveau ministre l’accompagnement de son administration, en dépit des problèmes qui ne manquent toujours pas dans un milieu social et qu’il faut à tout prix surmonter. Pour sa part, l’intersyndicale du ministère du Développement rural a sollicité, sur place, une audience auprès du ministre d’Etat François Rubota, pour échanger et faire l’état des lieux du ministère. En même temps, elle a plaidé pour l’annulation de deux arrêtés pris par le ministre sortant Guy Mikulu, lesquels violeraient «intentionnellement» deux décrets du Premier ministre. En clair, il s’agit de deux nouveaux offices -ONHR et OVDA- émanant de la transformation de deux services de l’administration du développement rural, à savoir: le Service national d’hydraulique rural -SNHR- et la Direction des voies de desserte agricole -DVDA.

Par ailleurs, le président de l’intersyndicale du développement rural a rassuré de l’accompagnement du syndicat et de différents services de l’administration du développement rural pour les premiers 100 jours du ministre d’Etat François Rubota. «Nous venons de lire votre programme de 100 jours qui sera notre outil de travail et nous allons veiller, nous en tant que syndicat, à suivre à la lettre votre programme, tel que vous avez vous-mêmes exprimé la volonté de repartir avec le développement rural», a-t-il indiqué, avant de faire part au ministre d’Etat du fait que les services du développement rural bénéficient difficilement de frais de fonctionnement.

Prenant la parole, le ministre d’Etat François Rubota s’est interdit de beaucoup de discours, soulignant qu’il est allé rendre visite à ses collaborateurs et voir d’autres aspects de son ministère. «Par exemple, je m’interroge à savoir combien êtes-vous réellement? A quelle heure commence le travail? Qu’avons-nous déjà réalisé en tant que ministère du Développement rural depuis que nous sommes créés en 1977?», a-t-il dit. Pour lui, letravail c’est dans les milieux ruraux et périurbains. «On doit le voir, on doit le vivre, pas seulement par des discours, mais c’est du vécu quotidien», a-t-il renchéri.

En réaction à la demande de la délégation syndicale, l’actuel patron du développement rural a promis de recevoir dans son bureau tout le monde, sans exception. Ensuite, il a promis de passer très souvent au secrétariat général du développement rural, pas seulement pour des visites officielles, mais aussi pour voir si tout le monde vient au travail. Quant aux arrêtés à problème signés par son prédécesseur, il a demandé d’abord de les revisiter, avant de décider s’il doit les rapporter ou non, ou même apporter des réaménagements ou non. «Je souhaite qu’après mon mandat, que nous ayons des choses, ou des réalisations à montrer au pays», a-t-il déclaré.

Proposition de plusieurs actions

Pour remédier aux problèmes qui rongent le secteur du développement rural, le président de la délégation syndicale du développement rural, Stanys Kadiobo, a proposé au nouveau patron du développement rural plusieurs actions regroupées autour de 13 points: la convocation des états généraux du développement rural; la poursuite, d’une manière rationnelle, de la réforme de l’administration; le renforcement des capacités des agents et cadres du développement rural; l’implication personnelle du ministre d’Etat pour faciliter le décaissement rapide des frais de fonctionnement des directions et services; et la mécanisation et l’enrôlement biométrique des agents nouvellement matriculés. Il a aussi évoqué la titularisation des cadres de commandement; la requalification des projets sous tutelle du ministère du développement rural; le perfectionnement horizontal et verticale des mécanismes de communication.

Le président de la délégation syndicale a également demandé au ministre Rubota d’impliquer ou associer les organisations syndicales à des dossiers touchant aux situations administratives des agents et au fonctionnement normal du ministère; à accorder une dimension méritée au genre en tenant compte de leur spécificité; l’acquisition des moyens de mobilité pour les hauts cadres de l’administration du développement rural. Au terme de cet échange, les directeurs-chefs de service de l’administration du ministère du Développement rural étaient conviés à une réunion de service avec le nouveau ministre, laquelle a été élargie aux chefs des projets et aux responsables de la délégation syndicale.

OK

Articles similaires

Fermer
Fermer