Grand Inga: le Min’Etat Muhanzi fixe le cap

Ministre d’Etat en charge des Ressources hydrauliques et électricité, Eustache Muhanzi Mubembe, est de tous les combats pour la relance effective du projet de réalisation du Grand Inga. Après les ateliers de Johannesburg, d’Abidjan et de Kinshasa, tenus entre novembre 2019 et mars 2020, il s’est signalé une fois de plus à la Conférence panafricaine sur le projet Grand Inga et l’hydroélectricité en RD-Congo, lancée le lundi 22 juin 2020. A cette occasion, le patron du secteur énergétique RD-congolais a rappelé sa ferme détermination d’assurer «la relance effective du projet de réalisation du Grand Inga», dont les efforts de réalisation sont entrepris depuis près de 40 ans par des partenaires divers.

Dans son mot d’introduction à la Conférence, le ministre RD-congolais des Ressources hydrauliques et électricité a révélé que la réalisation du projet hydroélectrique Grand Inga va commencer par la Centrale d’Inga 3 dont la puissance est de 11.000 MW et plus.

Il a en plus fait savoir que la relance de ce projet «s’inscrit dans le cadre de la poursuite des efforts entrepris par les uns et les autres depuis près de quarante ans à travers des plans successifs, des accords successifs, traités et autres ateliers dont les derniers se sont tenus dernièrement successivement à Johannesburg, à Abidjan et à Kinshasa en collaboration avec la Banque africaine de développement».

Outre la réalisation du projet Grand Inga, la RD-Congo, a évoqué le ministre d’Etat Eustache Muhanzi, a levé quelques options de taille pour sa politique énergétique. La première d’entre elles est «la libéralisation du secteur de l’électricité par la loi n°14/011 du 17 juin 2014 avec un cadre institutionnel et juridique approprié et attrayant».

D’autres options sont notamment: «privilégier les ressources énergétiques disponibles pour accroitre l’offre énergétique et l’accès pour tous à l’électricité dans les meilleures conditions de prix et de protection de l’environnement» ainsi que «développer Grand Inga simultanément avec les autres sites parsemés sur l’ensemble du territoire national pour répondre aux besoins de tous».

En raison de ces principales options, le ministre d’Etat Eustache Muhanzi se bat bec et ongle pour la réalisation effective du projet hydroélectrique Grand Inga. Cet ambitieux objectif a été rappelé à l’attention des experts à la faveur de leur conférence technique. Aux experts, le ministre Muhanzi, via sa note d’orientation pour les travaux en atelier, a assigné des buts à atteindre au terme de la conférence technique. Ces buts sont entre autres la présentation des opportunités actuelles et futures du projet Grand Inga et d’autres activités d’investissement dans le secteur de l’énergie électrique en RD-Congo spécialement sur le fleuve Congo et ses affluents; et la présentation d’un aperçu de l’état actuel de la coopération/intégration continentale et régionale politique et technique en matière d’énergie durable.

Au nombre de ces buts, il convient de relever: «encourager des appels à manifestation d’intérêts de la part des participants pour l’achat de l’énergie à produire au cours des phases subséquentes du projet Grand Inga»; «encourager un dialogue approfondi et une collaboration d’investissement entre les entrepreneurs publics et privés, et les plus hautes instances politiques et économiques, aussi bien au niveau de la RD-Congo qu’au niveau continental» et, enfin, «recommander un cadre de base pour guider la RD-Congo en prélude d’une Conférence des Chefs d’Etats africains».

A cet effet, a renseigné le ministre d’Etat, les experts ont la charge de continuer à fournir leurs contributions pour la préparation de la Conférence des Chefs d’Etats africains, programmée entre les mois de septembre et octobre 2020.

Démarrée le lundi 22 juin, la Conférence panafricaine sur le projet Grand Inga et l’hydroélectricité en RD-Congo qui se déroule par visioconférence Covid-19 oblige, va se clôturer le 29 du même mois. En dépit de ces conditions de travail très particulières, le ministre Eustache Muhanzi Mubembe croit dur comme fer que «les échanges seront tout aussi riches que diversifiés pour le bonheur de notre projet commun: la relance effective du projet de réalisation du Grand Inga».

Laurent OMBA