ActualitésDossier à la UneEcofinJustice

Global Witness et PPLAAF signent un scandale dans un scandale

L’affaire fait gros scandale. Prises la main dans le sac depuis que leurs pratiques de corruption ont été révélées au grand public, les ONG Global witness et PPLAAF en ont pris pour leur grade. Attendues au Parquet de Paris pour se défendre contre des accusations aussi graves que le vol des documents, corruption, menaces, etc., elles entreprennent de salir davantage leur image déjà écornée en relançant la campagne de sape contre Dan Gertler. Objectif: il faut tout faire sauf rien pour nuire aux intérêts de l’homme d’affaires.

Pour la première fois, leurs relais habituels ont hésité avant de rentrer dans la danse.
Seuls des associations et mouvements citoyens vraisembablement financés par leurs réseaux Soros et autres tentent d’accompagner timidement leurs campagnes sur le rapport contre Afriland First Bank et Dan Gertler…

Cependant, force est de constater que même le bouillant et pertinent Georges Kapiamba d’Acaj met en doute le rapport GW-PPLAAF. Par un communiqué de presse d’abord et, ensuite, par une conférence de presse, Kapiamba remet en cause la méthodologie de ces ONG invitées à fournir des preuves de leurs accusations devant la justice française.

Kapiamba fustige surtout ce genre de rapport monté dans des bureaux feutrés à Paris sans consultation des acteurs locaux et caractérisé par les marques visibles de la diffamation sans preuves irréfutables comme GW et PPLAAF l’affirment elles-mêmes dans leur rapport controversé en page 8.

De l’avis d’autres observateurs d’accord avec la sortie de Kapiamba, « le duo GW-PPLAAF ne doit plus croire qu’un investisseur économique et social de la trempe de Dan Gertler ne saurait être mis hors de la RDC sur base de leurs affirmations au conditionnel ».

Coup pour coup!

Plus rien ne sera comme avant. Habitué à ne pas réagir à ces attaque gratuites, Dan Gertler a surpris tout le monde, en rendant coup pour coup, en réservant une contre-attaque foudroyante au dernier chiffon sorti des laboratoires de Global Witness et PPLAAF.

La donne a changé. Rattrapées, les 2 ONG se perdent depuis dans des interviews incohérentes tantôt sur RFI, TV5 et France24… sans vraiment convaincre personne.

D’une seule voix, toute l’opinion leur demande de se présenter devant la justice française où Maître Éric Moutet, l’avocat de Gertler, a déposé plainte contre elles, pour qu’elles puissent apporter toutes les preuves de leurs allégations ou sinon qu’elles se taisent a jamais.

« Et si elles peuvent au passage se défendre sur les accusations de corruption, vol, menaces contenues dans la plainte de Maître Eric Moutet, ce serait récupérer un peu de la crédibilité qu’elles ont perdue depuis quelques semaines par la pertinente réaction de Dan Gertler par son avocat et la communication bien orchestrée », commente-t-on.

Scandale dans un scandale

Plutôt que de produire leurs moyens de défense, les 2 ONG incriminées préfèrent offrir au monde un autre affreux scandale. Faute d’arguments, prêtes à tout pour exister, Global Witness et PPLAAF ressortent des vieux dossiers des anciens détenteurs du pouvoir en RDC qu’ils veulent absolument lier à tout ce que fait Dan Gertler.

Même cette deuxième alternative ne séduit personne. Et pour cause: « GW et PPLAAF ne sont plus crédibles, la conscience du Congolais et de l’Africain en général s’est éveillé », estime un acteur de la Société civile.

Pour lui, « cette forme de néocolonialisme par l’entremise des ONG qui viennent dicter aux dirigeants africains quoi faire, quoi dire, qui fréquenter, et avec qui rire ou dormir est une insulte à la mémoire des pères de l’indépendance et de nos ancêtres qui ont subi les affres de l’esclavagisme et de la colonisation ».

Comme l’a rappelé Kapiamba, il est temps que ces ONG comprennent qu’elles parlent à des Africains matures, d’une nouvelle génération, qui ne vont pas gober toute information sortie de leurs ordinateurs comme parole d’évangile…

Triste de constater que GW et PPLAAF s’illustrent par leur énième sinistre tentative consistant à décourager la société cotée en bourse Tesla de contracter avec Glencore pour l’achat du cobalt congolais. La raison est simple à comprendre: elles redoutent que Glencore devant de l’argent à Dan Gertler, ce deal lui servirait à gagner un peu plus d’argent.

« Il apparaît ici clairement que ces ONG sont prêtes à faire perdre une manne financière au Congo pour nuire à Dan Gertler! Pour les intérêts des lobbyistes ou philanthropes businessmen tapis derrière elles comme Soros », accuse cet acteur de la Société civile.

Ce dernier est convaincu qu’à l’ère du numérique, toutes ces raisons et manigances ne sont plus cachées. « Elles révèlent, au contraire, la face cachée de ces ONG qui ne recherchent pas le bien de notre peuple ou pays comme elles essaient de le vendre. Mais bien nous manipuler pour servir les intérêts occultes de quelques personnes… », dit-il.

Tout a une fin cependant. Les masques sont tombées et aucun Congolais n’est plus dupe. Cet acharnement sur Dan Gertler est un schéma de règlement de compte et une technique nuisible à la RDC. Il est clair que ces ONG ne doivent plus être la bienvenue dans notre pays.

Natine K.

Articles similaires

Fermer
Fermer