ActualitésDossier à la UneEcofinNation

RDC : Le FPI refinance Congo Airways

La récession financière causée par la pandémie de covid-19 n’a pas épargné le secteur du transport aérien. Avec la fermeture des frontières et d’autres mesures restrictives, l’Association internationale du transport aérien -IATA- a appelé les gouvernements du monde à intervenir rapidement, que ce soit sous la forme d’aides directes, de prêts, de garanties de prêts, ou encore d’allègements d’impôts ou de charges sociales. En RD-Congo, cet appel a eu de l’écho. Pour sauver la compagnie aérienne nationale, le Fonds de promotion de l’industrie -FPI- vient d’accorder à Congo Airways un crédit complémentaire de l’ordre d’USD 1.039.907,54 pour une durée de 36 mois assortis d’une grâce partielle de 6 mois au taux de 3 % l’an ce, après avoir bénéficié en 2019 d’un premier financement du FPI à hauteur d’USD 1.035.398,13 destiné au financement des frais de maintenance et d’acquisition des pièces de rechange.  

Les secteurs de transport aérien, du tourisme et de la restauration sont les plus touchés par la pandémie avec les différentes mesures d’état d’urgence sanitaire décrétées depuis fin mars 2020. Ainsi, la fermeture des frontières, de même que l’interdiction des vols passagers vers les destinations nationales et étrangères n’ont pas permis à la compagnie aérienne nationale de continuer à mener à bien son exploitation. Sa situation financière est plus que critique, ce qui exposait cette entreprise nationale à des menaces comme la résiliation de ses contrats de collaboration avec les partenaires techniques, l’ouverture du marché aux entreprises d’aviation étrangères telles qu’Ethiopian Airways et Rwanda Air dans les trafics locaux. Ce crédit complémentaire du FPI constitue une bouffée d’oxygène dans la mesure où il permettra à Congo Airways, frappée par une mesure de mise en demeure, d’honorer plusieurs factures d’Air France Industrie, d’Ethiopian Airlines et Arthur Gallager qui sont encore en souffrance.

Dotée d’une main d’œuvre qualifiée dans le secteur, avec une assistance technique assurée depuis le lancement par Consulting1, Congo Airways pense maintenir sa flotte en état de navigabilité et élargir son assiette fiscale.

Pour rappel, Congo Airways est constituée au capital social fixé à USD 117.335.315, représentant 10.000 actions d’une valeur nominale d’USD 11. 733,5315 chacune. Ces parts sont reparties entre les 8 actionnaires: le Gouvernement RD-congolais avec 3.992 actions soit 39,92 % du capital; l’Office de Gestion de fret multimodal -OGEFREM- avec 852 actions soit 8,52 % du capital; l’Institut national de Sécurité sociale -INSS-, avec 3068 actions soit 30,68 % du capital actuellement Caisse nationale de sécurité sociale -CNSS-; la Générale des carrières et des mines -Gécamines- avec 171 actions soit 1,70 % du capital; la Société congolaise des transports et des ports -SCTP- avec 852 actions soit 8,52 % du capital; le Fonds de promotion de l’industrie -FPI- avec 852 actions soit 8,52 % du capital; la Régie des voies aériennes -RVA- avec 554 actions soit 5,54 % du capital et les employés de Congo Airways avec 170 actions soit 1,70 % du capital.

Olitho KAHUNGU

Articles similaires

Fermer
Fermer