ActualitésCOVID-19Dossier à la UneNationSanté

Covid-19: Eteni trempé dans la gabegie financière, Albert Mpeti le dénonce

Encore une révélation surprenante sur la gestion des fonds de la riposte à la Covid-19 par Eteni Longondo, ministre de la Santé publique. Déjà appelé à s’expliquer à ce sujet par le député Nzekuye, le ministre Eteni est peut-être éclaboussé par une dénonciation faite par Albert Mpeti, vice-ministre à la Santé, auprès du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, dans sa correspondance du 29 juin 2020.

Ce document, pourtant marqué «très confidentiel», a fuité dans la presse. Son contenu fait état d’une «gestion calamiteuse et opaque de ces fonds» et de «l’intime conviction» de son auteur sur l’existence d’une «gabegie financière» et d’un «affairisme» au ministère de la Santé.

Albert M’peti évoque trois arguments pour étayer les accusations portées à l’endroit de son titulaire. Le premier: «le ministre de la Santé signe seul le décaissement de gros montants et ne m’a jamais associé dans la gestion de ces fonds sauf, de petites sommes, alors que je devais contresigner suivant les prescrits» de l’ordonnance portant fonctionnement et organisation du gouvernement.

Le deuxième :«des solides réseaux mafieux créés à dessein pour détourner ces fonds. Certains membres du cabinet, en intelligence avec ces réseaux mafieux, dilapident systématiquement les fonds alloués par le gouvernement et les partenaires. Ces réseaux exigent des rétro-commissions jusqu’à hauteur de 35% auprès des structures bénéficiaires de ces fonds». Et le troisième: «pendant que les hôpitaux de l’Etat à Kinshasa comme à l’intérieur manquent cruellement des médicaments et autres intrants, le personnel soignant commis à la lutte contre la Covid-19 accuse des arriérés de paiement de plus de deux mois, je subis régulièrement des pressions pour signer des documents financiers non prioritaires et complaisants».

Il s’agit notamment, selon Albert M’peti, d’un bon d’engagement concernant l’achat des produits pharmaceutiques, d’entretien et d’hygiène en faveur de la polyclinique Pierrot Nketi pour un montant de CDF 23.300.588. Il s’agit aussi d’un ordre de paiement d’un montant de CDF 122.197.075 au profit de Diazelomoka Walela Gina, gestionnaire de l’hôpital Kimbanguiste de Kinshasa. Motif de paiement: «factures des malades insolvables libérés sur ordre du ministère de la Santé après son passage le 19 mai 2020». Pire, cethôpital, révèle M’peti, n’est pas repris parmi les structures hospitalières sélectionnées pour accueillir les malades de Covid-19.

«C’est ainsi que j’ai refusé de signer les deux documents précités», soutient le vice-ministre de la Santé, qui motive sa décision par le souci «d’éviter à la République le paiement des dépenses non éligibles qui s’élèvent déjà à plus de 8 millions auprès de la Banque mondiale, du FMI et des autres partenaires techniques et financiers». Au regard de tous ces faits, Albert M’peti, dans sa correspondance, a invité le PM à examiner le «dossier concernant la gestion financière du ministère de la Santé et des Fonds alloués pour la lutte contre la Covid-19».

LOI

Articles similaires

Fermer
Fermer