ESU: les chefs d’établissements appelés à la bonne gouvernance

0

Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire -ESU-, Thomas Luhaka Losendjola a échangé, mercredi au Collège Boboto, dans la commune de la Gombe à Kinshasa, avec les chefs d’établissements de son secteur. A cette occasion, le ministre de tutelle a invité ses interlocuteurs à faire de la bonne gouvernance leur cheval de bataille selon  les prescrits des textes légaux. Le ministre Thomas Luhaka a, à la même occasion, rappelé l’engagement du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi et du gouvernement relatif au redressement de ce secteur qui a une triple mission, à savoir: la formation de l’élite intellectuelle, la recherche scientifique et les services à rendre à la communauté. Les participants à cette rencontre qui se sont attardés sur la tension observée dans les établissements de l’ESU après la publication des frais académiques issus des négociations entre les partenaires notamment le 06 janvier dernier à l’Université de Kinshasa -UNIKIN- et le 07 janvier 2020 à l’Institut du bâtiment et travaux publics -IBTP/Kisangani-, dans la province de la Tshopo, ont condamné les actes de vandalisme dans les milieux universitaires, tout en saluant la décision du ministre de suspendre les activités à l’UNIKIN et de déguerpir les étudiants occupant les différents homes. Les chefs d’établissements se sont par ailleurs engagés, dans une déclaration faite au cours de ces échanges, à renforcer les actions du maintien de la paix et de négociation avec les partenaires et les étudiants au sein de leurs institutions respectives en appliquant en toute transparence les protocoles d’accords convenus. Ils ont recommandé à leur haute hiérarchie à poursuivre les mesures prises à l’UNIKIN, maintenir une attention particulière au profit de tous les établissements de la République, envisager une amélioration des conditions de vie et de travail dans les sites universitaires. Ces gestionnaires des établissements ont également invité le gouvernement à sécuriser les sites universitaires, saisir cette occasion pour initier une réflexion profonde sur le fonctionnement des établissements de l’ESU lors des états généraux qui sont actuellement en préparation. Le vice-ministre Liliane Banga, le secrétaire général à l’ESU, Pontien Kamina ainsi que les recteurs des universités et les directeurs généraux des instituts supérieurs de Kinshasa et des provinces ont pris part à ces pourparlers.

Parousia MAKANZU