Reddition des comptes: après l’oral de Sele, l’examen du texte confié à l’Ecofin

0

Une session essentiellement budgétaire. C’est celle que connait l’Assemblée nationale pour le moment. Et les débats se vivent déjà. C’est le ministre des Finances, José SeleYalaghuli, qui a ouvert la porte de l’Hémicycle avec le projet de loi portant reddition des comptes pour l’exercice 2018. Après l’exposé de l’économie générale du projet, le ministre des Finances a reçu la pluie de questions des députés. Dans leurs interventions, les élus nationaux ont tenu à avoir des précisions et de la lumière sur tel ou tel autre détail portant sur les dépenses engagées par le gouvernement. A toutes les questions des députés, José Sele a donné des réponses étonnamment révélatrices. Des éclairages qui ont pratiquement convaincu la représentation nationale. Comment se présente l’exécution du budget 2018? A cette question, José Sele répond en ces termes: «Le budget de 2018 est présenté en équilibre, en recettes et  en dépenses à 10.353,1 milliards des FC. Au 31 décembre 2018 les résultats globaux enregistrés sur le budget du pouvoir central sont de 9.203,86 milliards des FC en recettes 9.436; 94 milliards des FC en dépenses représentant respectivement un taux de réalisation de 88,90% et 91,15 %. Comparé aux résultats de l’exercice 2017, il se dégage un taux d’accroissement de 42,6% pour les recettes et celui de 47,4% pour les dépenses». Et de poursuivre: «les dépenses exécutées en raison de 9,436 milliards des FC comprennent les dépenses du budget général pour un montant de 8.732,07, les dépenses des budgets annexes pour 276,41 milliards des FC». Il a rappelé que les réalisations des recettes internes ont été de l’ordre de 6.980,15 milliards des FC en 2018 contre 4.557 milliards des FC en 2017. Un véritable baptême de feu réussi brillamment pour le ministre des Finances. José Sele a bien séduit les députés réunis samedi dernier en séance plénière d’examen du projet de loi portant reddition des comptes de l’exercice 2018. Après les réponses du ministre des Finances, l’Assemblée nationale s’est prononcée pour la recevabilité du texte. En fait, dans sa réplique, Sele a rencontré les préoccupations soulevées par les intervenants au débat général sur ce projet de loi sur la reddition des comptes 2018. Déclaré recevable, le texte de loi a été confié à la Commission économique et financière -ECOFIN. Cette commission va approfondir l’examen du texte en vue de son enrichissement. Ainsi les membres de la Commission disposent de 7 jours pour présenter leur rapport en plénière. L’examen de la loi de reddition des comptes pour l’exercice 2018 ouvre ainsi la voie à l’examen de la loi des finances exercice 2020.

DK

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom