RDC : L’ANAPI disposée à accompagner le CIPA

Mercredi 3 juin 2020, la délégation du Conseil interprofessionnel pour la promotion de l’agriculture -CIPA-, conduite par son président Emmanuel Rwakagara, a présenté à l’attention du directeur général de l’Agence nationale pour la promotion des investissements -ANAPI-,Anthony NkinzoKamole, un projet d’agriculture industrielle. L’exécution de ce projet, lancée depuis début 2020 dans le Haut-Uélé, est assurée par Corneille Nangaa Yebeluo, l’un des membres du CIPA.

La délégation du CIPA a fait savoir que son projet agricole envisage de s’étendre sur plus de 88.000 hectares dans l’objectif d’augmenter la production du riz et du maïs destinés à la consommation locale et à l’exportation vers l’étranger. Dans un autre sens, ce projet va permettre la réduction des importations de ces deux produits alimentaires de base et ainsi renforcer la sécurité alimentaire.

Emmanuel Rwakagaraa signifié en plus que ce projet a l’ambition d’avoir un effet intégrateur sur le développement des infrastructures, les routes de desserte agricolenotamment, et de contribuer à la stabilité sécuritaire de la région. Ce, en favorisant une présence plus manifeste de l’Etat par les investissements qui y seraient présents.

Le DG de l’ANAPI, Anthony NkinzoKamole, n’a pas caché son intérêt à ce projet et ne s’est pas non plus empêché de prendre l’engagement de l’accompagner pour son aboutissement. Pour le DG Nkinzo, ce projet cadre parfaitement avec les réflexions stratégiques de l’ANAPI pour qui l’agriculture constitueun pilier indispensable de la relance économique de la RD-Congo. Il a soutenu cette position par le défi d’assurer une alimentation saine et équilibrée à une population RD-congolaise grandissante.

Anthony Nkinzo a également fait remarquer que la crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19 et la flambée des prix des denrées alimentaires de base qui s’en suit, démontrent clairement la vulnérabilité de l’économie RD-congolaise où la production alimentaire nationale demeure insignifiante par rapport aux besoins réels. A la suite de cette remarque, le n°1 de l’ANAPI a récemmententrepris d’effectuer une tournée dans certains ministères dont les Ressources hydrauliques et électricité, l’Agriculture. A la faveur de cette tournée, il a rappelé des propositions faites au gouvernement pour non seulement soulager les opérateurs économiques fortement impactés par la crise sanitaire actuelle mais aussi amorcer le processus d’amélioration de la résilience de l’économie RD-congolaise face aux chocs futurs. Il n’a pas manqué de faire le plaidoyer en vue de promouvoir le Champion RD-congolais, convaincu que le «local Content» doit être matérialisé plutôt que de demeurer un objet d’échange.

Pour Anthony Nkinzo, il est primordial d’assurer l’approvisionnement en denrées alimentaires de première nécessité de façon à minimiser les fluctuations intempestives des prix sur le marché, et de développer des activités de transformation, car elles représentent un levier essentiel de cette souveraineté alimentaire recherchée. «Cela permet de renforcer l’économie locale et de créer des emplois tant dans l’agriculture que dans la transformation», a expliqué le DG Anthony Nkinzo, avant de lever l’option d’être porteur du plaidoyer du CIPA et des opérateurs économiques du secteur agricole RD-congolais. Objectif:parvenir àl’élimination des tracasseries, à la suppression des taxes superflues et au soutien des institutions du pays.

Laurent OMBA