Actualités

RDC/AN: Kabund démissionne après une altercation entre la GR et sa garde

“En ce jour, je prends la décision de démissionner de mes fonctions de 1er VP de l’AN. Ainsi s’ouvre une nouvelle page de l’histoire, qui sera écrite avec la sueur de notre front, qui coulera chaque jour qu’on affrontera les brimades, humiliations et tortures… “, a twitté Jean-Marc Kabund a Kabund, président a.i du parti présidentiel et 1er vice-président de l’Assemblée nationale ce vendredi 14 janvier.

Une démission avalisée au lendemain de l’incursion des éléments de la Garde Républicaine dans sa résidence à Kingabwa à Limete, suivie de l’arrestation des membres de la sécurité de Kabund, composée des éléments de l’unité de Protection des hautes personnalités aient désarmé un élément de GR dans un embouteillage.

L’affaire étant sécuritaire car engageant des éléments commis à la sécurité des VIP, a provoqué une vive polémique et une indignation au sein de l’opinion publique, fustigeant l’amateurisme de l’UDPS dans la gestion de la res publica. “Avec cette démission, les pendules sont remises à l’heure. Et les dirigeants de l’UDPS devront apprendre à ne pas confondre l’Institution président de la République, Félix Tshisekedi, avec le candidat président de la République de l’UDPS Tshisekedi”, s’est déchaîné un compatriote ayant appris la démission de JM Kabund.

Il reste que cette démission soit formalisée par une lettre écrite transmise au président du Bureau de la Chambre basse du Parlement.

Pression sur Kabund après l’attaque de sa résidence par des éléments de la Garde républicaine

Plusieurs militants de l’UDPS ont pris d’assaut ce vendredi 14 janvier, la résidence de Jean Marc Kabund, président intérimaire du parti au pouvoir afin de demander à ce dernier de renoncer à l’annonce de démission de son poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale.

Interrogé sur ce qui s’est réellement passé le jour de l’expédition punitive de la puissante Garde Républicaine, un témoin proche du 1er vice-président Udps de l’Assemblée nationale a déclaré: “J’étais dans la résidence quand brusquement les éléments de la Garde républicaine ont fait irruption et ont commencé à arrêter toutes les personnes trouvées dans la parcelle. Ils nous ont conduits à l’extérieur où il y avait d’autres personnes déjà appréhendées et jetées dans leur camion qui attendait toutes les personnes qu’ils trouveraient à l’intérieur. Ils nous ont dépouillé de tout ce que nous avions: téléphones et argent. Ils ont dit que c’est nous les proches du premier vice-président de l’Assemblée nationale, c’est nous qui bouffons l’argent de la République et puis nous les menaçons en cours de route”, a-t-il relaté.

Plaintes dans certaines familles

“C’est ainsi qu’ils ont été envoyés par la haute hiérarchie à la Présidence pour récupérer tout militaire et policier qui sera trouvé en la résidence, mais malheureusement ils ont ramassé tout le monde, des civils parmi lesquels des étudiants, des militaires, des enfants, il y a des petits frères qui ont été blessés et d’autres ont risqué la mort. Ils nous ont amenés jusqu’à l’Auditorat militaire général où ils nous ont jetés au cachot. Nous y avons passé toute la journée. Nous avons été libérés à 18h00 /”Jeudi-“, a-t-il ajouté.

Des familles de certaines personnes étrangères à la famille de Kabund trouvées dans la parcelle, notamment des sympathisants, des étudiants et autres curieux accourus pour exprimer leur soutien au 1er vice-président Udps de la chambre basse du Parlement, ont déploré l’interpellation injuste de leurs proches. C’est le cas des étudiants Ngoy Ndombe Yédidia -dont le nom l’établissement n’a pas été signalé- et Mutombo Tukala Aristote, inscrit à l’Institut supérieur de commerce. C’est aussi le cas des enfants de famille Mukuna dont les parents sont inconsolables. D’autres familles sont aussi concernées mais n’ont pas dit avec précision les noms des proches interpellés à cette occasion.

La Garde Républicaine est une unité chargée de la sécurité du Président de la République, de sa famille et des sites présidentiels.

La décision prise par Jean Marc Kabund est la conséquence de l’expédition punitive menée la soirée de mercredi 12 janvier dernier par la Garde Républicaine -GR- en sa résidence de Limete, au quartier Kingabwa. À l’origine: les altercations qui ont opposé les policiers commis à sa protection et un militaire de la GR. Ce dernier a été humilié, désarmé par la garde de Kabund. Pour cause, le militaire de la GR se trouvait dans un véhicule qui roulait à contresens.

La vidéo largement partagée sur la toile montrait un échange virulent entre le militaire GR et les policiers de la Jean Marc Kabund, président a.i de l’UDPS et 1er vice-président de l’Assemblée nationale. Le militaire a été désarmé et embarqué jusqu’à l’auditorat. C’est ainsi que l’unité de la puissante Garde Républicaine est descendue au domicile de Kabund où plusieurs biens ont été cassés et chamboulés. Les policiers retrouvés à la résidence ont aussi été tabassés et emmenés au cachot. Cette situation est à l’origine de l’annonce de cette démission très médiatisée.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page