ActualitésDossier à la UnePolitique

RDC : AFDC-A a pris d’assaut les rues aux côtés de Lamuka pour dire non à l’entérinement de Malonda

Aucune action visant l’amélioration des conditions de vie de la population ne se passera sans la plateforme politique de Bahati Lukwebo, ce message est capté 5 sur 5 par les militants qui ont marché aux côtés de Lamuka, 4 jours après avoir fait de même avec l’UDPS

Kinshasa et diverses villes du pays ont vibré, lundi 13 juillet 2020, au rythme de la marche pacifique organisée par la plateforme politique Lamuka. A Kinshasa, les militants, avec à leur tête Jean-Pierre Bemba, ont bravé la pluie pour dire non à l’entérinement de Ronsard Malonda. Par cette action populaire, il était aussi question d’exiger des réformes préalables et l’audit financier et opérationnel avant la désignation de nouveaux animateurs de la Commission électorale nationale indépendante -CENI.

Faisant d’une pierre deux coups, Lamuka a également protesté contre les trois lois initiées par les députés Minaku et Sakata du Front commun pour le Congo -FCC. Ces propositions de lois dont l’examen a été renvoyé à la session de septembre visent à réformer la justice. Si elles passent, la magistrature sera alors placée sous tutelle du ministre ayant la Justice dans ses attributions.

La marche, qui a consacré le retour sur la scène publique de Jean-Pierre Bemba, a connu une adhésion populaire énorme. Aux côtés de Lamuka, plusieurs autres regroupements politiques, partis politiques, mouvements citoyens, associations, et autres ont rallié l’initiative qui poursuivait une cause noble. Parmi les mouvements ayant battu pavillon figure en bonne place l’Alliance des forces démocratiques du Congo et Alliés -AFDC-A. La deuxième force politique de la RD-Congo, coordonnée par Modeste Bahati Lukwebo, a déployé ses militants dans les rues du pays, 4 jours seulement après avoir fait de même pour la marche de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, engagée dans le même combat.

Les différentes fédérations de l’AFDC-A/Kinshasa ont suivi le mot d’ordre de Modeste Bahati, président et autorité morale de cette plateforme politique. Même constat à Matadi où l’AFDC-A était aux avant-postes, sous l’égide du président fédéral, Glorry Phanzu. A Bukavu, fief naturel du sénateur Bahati, les rues ont refoulé du monde. Visibles en tête de peloton, les militants de l’AFDC-A, menés par Théodore Chamunani, président fédéral de l’AFDC-A au Sud-Kivu, ont rencontré une farouche opposition des forces de l’ordre. Quelques-uns d’entre eux ont été arrêtés puis relâchés.

À Lubumbashi, le drapeau rouge du parti de la houe, prêt à flotter, et des militants déjà réunis au siège, ont appris avec désolation l’annulation de la marche. «L’AFDC-A/Haut-Katanga, rangée derrière son Autorité morale Modeste Bahati Lukwebo dit non à Ronsard Malonda, non aux lois Minaku-Sakata!», pouvait-on lire dans un des nombreux calicots déployés. André Kabamba, président fédéral de la Ligue des jeunes de l’AFDC-A, n’a pas caché son désarroi. Les leaders provinciaux du regroupement se sont contentés de rendre une déclaration à partir du siège. À Goma, à Kisangani, à Bunia, à Isiro, à Mbandaka, Gbadolite, Boende, Lisala, Inongo, Bandundu, Kikwit, Boma et autres grandes villes du pays, l’AFDC-A s’est levée comme un seul homme avec un même message: «Non à Ronsard Malonda à la tête de la CENI, non aux lois Minaku-Sakata».

Cela n’a pourtant pas été de tout repos. Les marcheurs ont rencontré, dans plusieurs de ces villes à l’instar de Beni au Nord-Kivu, des policiers décidés à étouffer cette marche, usant des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Pour le communicateur de l’AFDC-A, Bellarmin Byamungu, la réforme de la CENI et sa restructuration du sommet à la base ainsi que le retrait pur et simple des lois Minaku-Sakata ne sont pas négociables. Il a également dénoncé l’insécurité grandissante en RD-Congo. Pour un autre cadre de l’AFDC-A, il faut coûte que coûte éviter de placer à la tête de la CENI un des architectes de la duperie électorale de 2018. «L’AFDC-A était victime de la tricherie orchestrée par le PPRD et ne veut pas voir la même situation se répéter avec Monsieur Malonda… Notre regroupement a obtenu 1 250 000 après le PPRD même si on sait comment ce dernier a eu ces voix avec Katintima et Nangaa à la manœuvre», a rappelé ce haut cadre de l’AFDC-A.

Dernièrement, Modeste Bahati a affiché clairement la position de l’AFDC-A via un tweet. «L’AFDC-A, deuxième force politique de la RD-Congo, soutiendra toute action visant l’amélioration des conditions de vie de la population. Le mensonge doit céder la place à la vérité et au droit», peut-on encore lire aujourd’hui sur son compte Twitter.

Christian BUTSILA

Articles similaires

Fermer
Fermer