ActualitésInterview

Me Kondo: «L’état de siège va mettre fin à l’aventure des groupes armés à l’Est de la RD-Congo»

Actuellement, les RD-Congolais ont les yeux braqués sur l’Est du pays où le Président de la République a décrété un état de siège dans les deux provinces, à savoir: Ituri et Nord-Kivu. Une mesure saluée par plusieurs personnalités dont Me Didier Kondo Pania, porte-parole général des 4 interfédérales de l’UDPS/Tshisekedi. Dans une interview accordée à «AfricaNews», cet avocat aux barreaux de Kinshasa Gombe et de Québec au Canada a noté que l’état de siège ainsi décrété va mettre fin à l’aventure des groupes armés locaux et étrangers opérant à l’Est du pays. Pour se faire, Me Kondo appelle les RD-Congolais à affaire confiance au gouvernement Sama Lukonde engagé à répondre aux attentes du peuple. Entretien.    

Quelle est votre réaction par rapport à l’état de siège décrété dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu par le Chef de l’Etat?

L’Etat de siège décrété par le Président de la République a été annoncé aux députés par le Premier ministre parmi les mesures visant à mettre fin à l’insécurité à l’Est du pays lorsqu’il présentait le programme d’action gouvernementale. Ce qui revient à dire que les postes de commandement seront assurés par les militaires. Ce sont de grands efforts que le Président de la République est en train de déployer.

L’homme ne donne que ce qu’il a. Le Président a de la volonté politique afin que la situation d’insécurité à l’Est puisse prendre fin. Ces atrocités ont trop duré. Il est temps pour stabiliser l’Est du pays et amorcer le développement de notre pays. Cette fois-ci, l’aventure des groupes armés locaux et étrangers opérant dans la partie orientale de la RD-Congo va prendre fin.

Comment avez-vous accueilli l’adoption du programme d’action présenté par Sama Lukonde ayant abouti à l’investiture de son gouvernement par l’Assemblée nationale?

Pour nous les croyants, la bible nous dit: «On ne jette des pierres que sur l’arbre qui porte des bons fruits». C’est le cas du gouvernement Sama Lukonde. Dès la nomination de ses membres, le Premier ministre lui-même avait dit que c’est un gouvernement des guerriers qui vient réussir là où les autres ont échoué. C’est un gouvernement salvateur, car il est soutenu non seulement par les RD-Congolais, mais aussi par la Communauté internationale, comme en témoigne le communiqué conjoint signé par plusieurs pays partenaires. Nous tous nous comptons sur ce gouvernement.

Pour quelle raison comptez-vous sur ce gouvernement?

C’est parce que lorsque le Chef de l’Etat a été élu en décembre 2018, il a été installé le 24 janvier 2019. Mais il n’avait pas de majorité parlementaire requise pour bien travailler. C’est ainsi qu’il avait choisi de signer un accord dit FCC-CACH avec Joseph Kabila, son prédécesseur, pour avoir la majorité parlementaire. Malheureusement, cette majorité a sapé l’action du Chef de l’Etat en faveur du peuple. Et cela a conduit à la dissolution de cet accord par le Président de la République qui a immédiatement initié l’Union sacrée de la Nation.

Le gouvernement Sama est issu de cette nouvelle majorité parlementaire. Pour preuve, 410 députés sur 412 présents à la plénière ont voté pour l’investiture de ce gouvernement. Le peuple va donc gouter les fruits dudit gouvernement. Il est appelé à mettre fin à l’insécurité à l’Est du pays et à améliorer les conditions sociales des RD-Congolais et doter les pays des infrastructures de base dans les différents secteurs.

Au vu des priorités évoquées par le Premier ministre, pensez-vous que son gouvernement offre de garantie au peuple quand on sait qu’il est composé de mêmes gens qui formaient autrefois la coalition FCC-CACH?

La confiance est totale et la population RD-congolaise attend beaucoup de ce gouvernement. Il y a eu échec à l’époque, entretenu par les mêmes personnes qui composaient le FCC-CACH et qui aujourd’hui forment l’Union sacrée. Mais n’oublions pas une chose: à l’époque, il y avait deux autorités morales. D’où un camp pouvait désobéir à un autre, suite à l’instruction reçue de l’autorité morale. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les gens travaillent dans le cadre d’une vision appelée Union sacrée de la Nation, initiée par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Tous ceux qui ont adhéré à cette union, ont accepté de servir la nation et de ne défendre que les intérêts du peuple RD-congolais car le visionnaire était clair en leur disant: celui qui viendra pour une autre n’a pas sa place à l’Union sacrée. Ils ont accepté de servir le peuple et rien ne peut en ce moment nous effrayer.

Le Premier ministre lui-même avait dit qu’il a va appliquer la volonté du Chef de l’Etat, or cette volonté consiste à mettre fin à l’insécurité à l’Est du pays, donner du travail aux RD-Congolais, construire les infrastructures et améliorer les conditions sociales du peuple. Je ne dis pas que par le temps qui reste, le gouvernement fera tout, non. Même Dieu le Père a créé des choses pendant 6 jours et non dans un seul jour. Néanmoins, les gens verront que l’homme sur qui ils comptent aurait franchi une très grande étape. La situation va changer.

Le changement oui, mais il y a eu des députés pétitionnaires se disant marginalisés car n’ayant pas été nommés au gouvernement pendant que des rumeurs de corruptions circulaient à travers la ville de Kinshasa?

Le Chef de l’Etat est un modèle de démocrate. Les gens ont spéculé et personne n’a apporté des preuves de cette soi-disant corruption. Ces rumeurs ne sont que l’œuvre des détracteurs du nouveau gouvernement. Il est vrai que les députés ayant adhéré à l’Union sacrée ont levé leurs voix pour réclamer leurs droits. Mais nous les avons élus pour qu’ils siègent à l’Assemble nationale et qu’ils travaillent pour l’intérêt de notre peuple en votant des lois et en contrôlant le gouvernement et les entreprises publiques.

Ces députés devaient installer le gouvernement. Ils ont trouvé le Chef de l’Etat qui a utilisé le franc parler. Il n’y avait qu’eux, il y avait aussi les députés de l’Ituri qui avaient suspendu leur participation aux plénières conditionnant leur retour à la fin de la guerre dans leur province. Mais après avoir rencontré le Chef de l’Etat, ils sont revenus à la raison.

Alors qu’on s’attendait à auditionner le Premier ministre et engager un débat sur son programme, ils ont décidé d’investir le gouvernement le même jour. Leur vote a été sans réserve: 410 députés sur 412 ont voté pour, 2 s’étaient abstenus et aucun n’a voté contre. Ce vote nous donne la garantie que le gouvernement Sama est soutenu par les députés nationaux qui représentent le peuple. Et le Président Tshisekedi aime notre peuple.

Propos recueillis par Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer