Actualités

Le CSAC interdit la diffusion des émissions et publicités des tradi-praticiens

Une nouvelle radio confessionnelle va bientôt émettre sur l’ensemble du territoire RD-congolais. Il s’agit de la Radio de la Conférence épiscopale nationale du Congo -CENCO.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a décidé de délivrer l’avis conforme à ce média lors de sa plénière extraordinaire du jeudi 11 juillet 2019, convoquée à la suite d’une plainte du ministère de la Santé publique. Cette décision a aussi concerné «Radio La Louange». «Nous avons examiné les demandes d’avis conforme reçues pour la Radio Louange et la Radio CENCO. Les dossiers de ces opérateurs étant complet, nous avons décidé de leur accorder l’avis conforme», a annoncé Chantal Kanyimbo, rapporteur du CSAC, à la faveur d’un point de presse organisé le vendredi 12 juillet 2019 dans les locaux de l’autorité de régulation. A la question de savoir pourquoi accorder l’avis conforme à la «Radio CENCO» alors que deux autres radios catholiques opèrent déjà, Kanyimbo a répondu: «la loi n’interdit pas qu’un opérateur puisse avoir 2, 3, 4 ou 5 radios. Nous, nous recevons les demandes d’avis conforme et nous les examinons. Si elles répondent aux dispositions légales et réglementaires, nous accordons l’avis conforme». Au cours de la même plénière extraordinaire, le CSAC, sur plainte du ministère de la Santé publique, a examiné la problématique de la diffusion des émissions des tradi-praticiens et des publicités de leurs produits dans les médias. «Le CSAC avait déjà adressé une observation aux médias leur interdisant la diffusion de ces émissions ainsi que les publicités de leurs produits sans l’avis favorable du CSAC», a fait savoir la rapporteur du CSAC, désolée de constater que les médias n’ont pas appliqué cette observation. Conséquence: les membres du CSAC ont décidé de l’interdiction de la diffusion des émissions des tradi-praticiens ainsi que de la publicité leurs produits. «Nous avions déjà eu plusieurs séances de travail avec les tradi-praticiens. Nous avions même interdit la diffusion de ces émissions. Mais, comme il faut assurer la promotion de la médecine traditionnelle, en concertation avec le ministère de la Santé publique, nous avions décidé de lever cette interdiction mais en demandant aux tradi-praticiens de venir obtenir d’abord l’avis favorable du CSAC avant la diffusion de ces émissions», a rappelé Chantal Kanyimbo. Et de continuer: «ils venaient et un moment ils ont arrêté… Nous avons trouvé mieux d’interdire d’abord et après on verra avec le ministère de la Santé comment réorganiser les choses pour assurer la promotion de la médecine traditionnelle RD-congolaise». La coupure du signal de la «RTVS1» s’est aussi invitée à la plénière extraordinaire du CSAC. A ce sujet, Chantal Kanyimbo a fait savoir: «Nous avons reçu le mémo des employés de la RTVS1 qui nous demande de nous impliquer dans leur dossier. Nous leur avons répondu que nous avons déjà saisi la ministre en charge des Médias pour lui demander de nous transmettre le dossier en vue de l’examiner et d’une éventuelle mise en procédure pour les dérives ou les manquements constatés dans ce média. Nous attendons la transmission de ce dossier. Pour le moment, nous n’avons pas d’éléments pour dire quoi que ce soit sur ce dossier». En dernier ressort, l’autorité de régulation en RD-Congo s’est attelée sur les manquements de l’émission «Tribune du peuple» diffusée sur les antennes de la «RLTV» et animée par Patsho RFI. «Les membres du CSAC ont décidé de la suppression de cette émission et de l’embargo de son animateur qui, aux aveux du directeur des programmes, venu présenter les moyens de défense de cette chaîne de télévision, n’est pas un professionnel des médias», a rapporté Chantal Kanyimbo.

Laurent OMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer