ActualitésDossier à la UnePolitiquePrésidentielle 2018

Présidentielle: le Clan Kamitatu adoube Kin-kiey et appelle le Grand Bandundu à le rejoindre

Autour de la  candidature de  Tryphon Kin-kiey  Mulumba, l’unité se  renforce jour après jour. En plus de Jean-Paul Moka, candidat  invalidé qui a  récemment rallié le crabe de Masimanimba,  les héritiers du patriarche Cléophas Kamitatu Masamba s’engagent à leur tour à apporter un soutien massif au candidat n°7 Kin-kiey lors de prochaines joutes présidentielles prévues le 23 décembre 2018.  Lentement mais  sûrement, l’ancien  ministre  des  PT-NTIC, qui promet d’autres grandes surprises, est  en train de tisser sa  toile au point de créer  l’unanimité dans  l’espace Bandundu, où  il  jouit déjà d’un fort  ancrage sociologique  et politique. Gagner la sympathie et le  soutien du clan d’une des figures historiques de la politique RD-congolaise est un facteur très déterminant pour la  conquête du pouvoir.
 
Cléophas Kamitatu,  un  poids lourd de la  scène politique
Un des principaux  acteurs de  l’indépendance,  Cléophas Kamitatu Masamba, décédé le  12 octobre 2008, a été  le chef de la  délégation RD-congolaise à la Table  ronde politique  de  janvier 1960 à  Bruxelles, assises au  cours  desquelles  le  plan d’indépendance  de l’ancienne colonie a  été  élaboré. Plusieurs  fois  ministre  sous la  deuxième  République,  ancien gouverneur  de  la  ville  de  Kinshasa,  Kamitatu, originaire de Masimanimba dans la  province du Kwilu,  issue du  démembrement du Bandundu, a  beaucoup pesé sur la  scène politique RD-congolaise. L’opinion retiendra qu’il a été  l’un des compagnons  de lutte d’Antoine  Gizenga Fundji, secrétaire permanent  du Parti Lumumbiste  unifié  -PALU-, avec qui  il a créé le Parti solidaire africain -PSA-  dont il a été président  provincial.Le  nom  de  Cléophas  Kamitatu est  inscrit  en  lettres  d’or  dans  l’histoire de  la  RD-Congo pour avoir  été  au  front  dans  tous  les  combats. Il a  légué à la postérité  une grande œuvre politique dont se sont  appropriés certains  RD-Congolais ayant la passion de ce pays. Ils  se  sont constitués en  un clan important dont  la dénomination fait  honneur à cette  grosse pointure  de la politique  RD-congolaise.  Ce clan a levé  l’option  d’adouber  la  candidature d’un  fils  du  terroir, Tryphon  Kin-kiey Mulumba, qui  aspire à briguer la  magistrature suprême  au terme du scrutin  présidentiel du 23  décembre 2018.
Ce  prestigieux clan a  en  plus lancé  un  vibrant  appel  à  l’attention  des  habitants  et  ressortissants  du  Grand Bandundu pour  qu’ensemble,  ils  portent  la  candidature  du frère, de l’oncle, du fils, jusqu’à son  installation au Palais  de  la  Nation  en  vue  de  présider aux  destinées de la RD-Congo.
L’appel, dit-on, s’adresse indistinctement aux descendants et partisans de Pierre Mulele, Kudiakubanza, Bernardin Mungul Diaka, Takala Luyan, Mafema Nganzeng, Antoine Gizenga ou Delvaux Mafuta Kizola, ces noms qui ont fait la fierté de cette province.
Conquête de  la  légitimité sociologique
Cette  sollicitude de la légion  du  patriarche  Kamitatu a  fait  chaud  au  cœur de Kin-kiey  qui a tweeté lundi:  «Je  remercie les dignes  héritiers du Patriarche  Kwadros Cléophas  Kamitatu pour l’appel  lancé à soutenir la  candidature du fils du  pays @kkmtry. Il faut  avoir la légitimité  sociologique des siens  avant de penser pouvoir fédérer un  #Congo immense».
Le  soutien  de la redoutable troupe de Kamitatu  tombe  à  point  nommé  d’autant  plus  qu’il  est  perçu par  le  crabe  de  Masimanimba  comme  une  conquête  de  la  légitimité sociologique des siens qui,  à  l’en  croire,  est  le  point  de  départ avant de se  propulser sur l’échiquier national.  Plus l’on s’approche  du scrutin présidentiel,  plus Kin-kiey compte ses soutiens  en  bénéficiant  de diverses adhésions au  sein de la classe  politique. Avant  l’appui  substantiel  du  clan  Kamitatu, Jean-Paul  Moka, invalidé par la CENI puis par la Cour  constitutionnelle pour  paiement des frais  non rétractable et non  confirmé par la DGRAD,  a, mardi 25 septembre  2018, exprimé solennellement son  soutien  à  la  candidature de ce professeur docteur en Sciences politiques,  estimant qu’il a le profil et la carrure pour  défendre son credo politique: l’éradication  de la pauvreté.  «J’ai  choisi  un  candidat  qui  est  expérimenté,  a  été  plusieurs  fois  ministres  sous différents  régimes,  député  très  bien  élu  plus  d’une  fois,  a  des  entrées au niveau du  Pouvoir  et  de  l’Opposition; on ne lui  connait pas de grand scandale de corruption»,  avait-il expliqué ce jour-là  à  l’hôtel Rotana.
 
Laurent OMBA
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer