ActualitésSports

Frédéric Kitengie: «battez-vous avec Katumbi dans l’arène politique, le ballon n’a pas de couleur»

Qu’on se le dise! La tension n’est bonne entre le TP Mazembe et le gouvernement RD-congolais. Depuis des années, le club de la ville cuprifère ne cesse de décrier la discrimination dont il est victime dans certaines de ses rencontres au pays qu’à l’extérieur. Tout est parti du simple fait que ce club est dirigé par le célèbre opposant Moise Katumbi Chapwe, potentiel adversaire du régime actuel et challenger de taille lors des élections présidentielles du mois de décembre 2023.

Preuve en est, les Corbeaux sont le seul club du pays à ne pas avoir bénéficié de la prise en charge du gouvernement. Réagissant sur ce traitement injuste qui laisse à croire que l’argent du Trésor public serait produit au ministère des Finances, Frédéric Kitengie, manager du TP Mazembe, sort une fois de plus de son silence et estime qu’en mêlant le sport et la politique, le gouvernement RD-congolais fait fausse route. S’il y a des règlements de compte, c’est dans l’arène politique qu’il faut le faire et non dans le sport. Car ce n’est pas Moise Katumbi qu’on attaque mais la jeunesse RD-congolaise dont l’étoile doit briller au sommet du football mondial.

«Si vous voulez nuire Moise Katumbi, battez-vous avec lui dans l’arène politique. Sur le plan sportif, le ballon n’a pas de couleur. Puisqu’au moment où nous parlons, Mazembe n’a reçu aucun centime. Qu’on ne nous dise pas qu’il n’y a pas d’argent alors que des sommes colossales ont été débloquées pour les athlètes qui viennent de prendre part aux Jeux africain d’Accra au Ghana. Pourquoi privé à Mazembe de son droit légitime? Les équipes qui étaient avec nous, ont eu ce qu’il fallait parce que dans le cabinet du ministre des Finances, il y a un membre du comité de V.Club qui peut se servir de l’argent du Trésor public. Qu’on me dise si Mazembe ne fait plus partie de la RD-Congo», a-t-il laissé entendre. Puis:

«L’affaire Héritier Luvumbu, on a tous vu comment lui-même le Président de la République a pesé de tout son poids. Il a intervenu avec toute son énergie. Très bonne chose! Pour un individu. Pourtant Mazembe était aussi dans un cas similaire puisqu’il a perdu USD 450.000 de sa cagnotte pour avoir refusé d’arborer le logo Visit Rwanda pendant la Super League. Mais personne n’en parle. Alors que pendant notre rencontre avec Petro Athletic de Luanda, la communauté RD-congolaise qui était venue supporter Mazembe, était assez importante. Et dans cette communauté, on était avec le président Moise Katumbi. Personne n’avait son portrait mais seulement un seul drapeau de Mazembe. Mais, par contre, j’ai vu beaucoup de drapeaux RD-congolais. Ce qui veut dire que ce club est entrain de porter haut les couleurs nationales».

A l’en croire, la qualification du TP Mazembe en demi-finale de la CAF-C1 a permis à la RD-Congo de garder son quota des 4 clubs représentants en compétition africaine de la CAF pendant une durée de deux ans. Dans le cas contraire, ce quota allait être réduit à deux représentants. «Nous étions sur le point d’être réduit à deux en ce qui concerne notre quota de clubs participants en compétition africaine de la CAF si on ne s’était pas qualifié pour le quart de final. On l’a fait et cela nous a permis de garder les quatre places.

Ensuite, on a validé notre ticket pour la demi-finale qui nous permet de garder nos quatre places pendant deux ans encore. Et si on se qualifie pour la finale, on nous garantit une validité de 4 ans et on joue la Coupe du monde des clubs. Un club qui est en train de travailler de la sorte mais, malheureusement, un club d’ami au niveau du ministère des Finances ne fait tourner l’argent qu’entre eux», a-t-il déploré. Et de conclure: «j’en profite pour lancer un vibrant appelle à la responsabilité des dirigeants puisque ce n’est à Mazembe qu’on donne, mais un droit aux ambassadeurs du peuple RD-congolais. Je pense qu’il est temps de mettre de côté des considérations simplistes qui ne nous avancent pas au détriment d’un club qui fait la fierté du pays».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page