ActualitésSociété

Kasaï: le HCR prêt à lancer l’opération de transfert d’argent aux victimes du phénomène Kamwina Nsapu

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés -HCR- annonce le lancement incessant de l’opération de transfert d’argent aux victimes du phénomène Kamwina Nsapu qui a décimé l’espace Kasaïen pendant une longue période. Cette opération sera menée en partenariat avec l’Action Aid et le Conseil norvégien pour les réfugiés. Elle concerne 2.100 ménages, soit près de 16.000 personnes.
 
Afin  d’apporter un peu de soleil aux déplacés -victimes du phénomène Kamuina Nsapu-  de l’espace Kasaïen, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés -HCR- annonce le lancement dans les tous prochains jours de l’opération de transfert d’argent à ces victimes. L’opération sera menée en partenariat avec l’Action Aid et le Conseil norvégien pour les réfugiés. Elle vise 2.100 ménages, soit près de16.000 personnes. «Les bénéficiaires ont été identifiés avec le concours des communautés locales. Parmi ces bénéficiaires, il y a des déplacés internes, des familles d’accueil et des retournés. Il y a aussi les personnes âgées, des femmes chefs de ménage et d’autres personnes extrêmement vulnérables», précise un communiqué du HCR. Puis: «Les localités ciblées ont été fortement affectées par les violences pendant la crise au Kasaï. Elles se trouvent dans les territoires de Dimbelenge et Kazumba, dans la province du Kasaï Central et de Kabeya Kamwanga dans la province du Kasaï Oriental». Selon ce communiqué, les bénéficiaires identifiés recevront de l’argent en espèces et, dans certains cas, des bons d’achats électroniques qui leur permettront d’acheter des biens de première nécessité ou de relancer leurs activités économiques. Afin d’offrir un toit à certains, 200 ménages dans le territoire de Kazumba recevront en plus une assistance qui leur permettra de reconstruire leurs maisons.
Le même communiqué signifie: «Les évaluations dans la phase préparatoire du programme ont clairement démontré que la destruction des abris est l’un des principaux problèmes qui freinent le retour et la réintégration de la population déplacée. Il y a un besoin urgent de renforcer la réponse humanitaire pour la reconstruction des logements. Le HCR compte élargir ce programme en 2018 après cette première phase».

Brice NLANDU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer