ActualitésDossier à la Une

Agents et cadres des régies financières alignent deux mois d’arriérés de la prime de rétrocession malgré l’explosion des recettes, leur syndicat adresse un ultimatum de 48h au ministre des Finances Nicolas Kazadi

48 heures pour payer la prime de rétrocession! C’est l’ultimatum fixé au ministre des Finances par le Syndicat des agents et cadres des régies financières, restés deux mois sans percevoir leur prime de rétrocession malgré toutes les performances enregistrées dans la mobilisation des recettes fiscales, parafiscales et douanières ces derniers mois.

«La Délégation Syndicale des régies financières se dit déçue par le ministre ayant les Finances dans ses attributions», a rapporté mardi un membre du staff, dénonçant ce que sa structure considère comme «la déconsidération et le non respect à l’égard des agents et cadres des régies financières».

A en croire à ses propos, la Délégation syndicale a fustigé le fait que malgré les prouesses réalisées par les employés des services mobilisateurs et la médiation de ces exploits par le gouvernement, il est constaté, fort malheureusement et pour la énième fois, l’accumulation de deux mois d’arriérés de la prime de rétrocession, notamment pour les mois de septembre et octobre.

Disant également avoir constaté l’installation, dans le chef du gouvernement, la fâcheuse habitude consistant à se faire prier pour payer leur droit non négociable aux agents et cadres des régies financières, ce membre du staff de la Délégation syndicale a laissé entendre que 48h sont données au ministre des Finances pour régulariser cette situation. «Sinon, une Assemblée générale sera convoquée et les conséquences tirées», a-t-il avisé de la part du Syndicat.

Natine K.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page