Mubele voit en Astana une occasion unique de jouer la Ligue des Champions

0

Firmin Mubele Ndombe a évoqué, au cours d’un entretien accordé à Eventsrdc.com, son passage parsemé d’embuche en Ligue 1 française. Outre ce point, il s’est aussi parler de l’intérêt des Dauphins noirs pour son rapatriement. Mais aussi ses objectifs avec Astana, l’un des meilleurs clubs du championnat  Kazakh. A l’en croire, son départ de Toulouse est simplement du à la jalousie dont il a été victime de la part d’Alain Casanova, entraineurs des Violets. «Mon insertion dans la liste de départ du TFC, estune certaine forme de jalousie du coach peut être à cause de mes attributs» a-t-il laissé entendre. A quelque chose malheur est bon dit-on, «Kata mfumbua» considère cette situation comme une opportunité à ne pas manquer pour l’avancement de sa carrière. «Je me suis dit que c’était une occasion unique de jouer la Ligue des Champions, car je pense mériter mieux», a-t-il lancé.

Revenant sur son parcours pathétique en Ligue 1, l’ailier RD-congolais évoque des conflits entre lui et les supporters du Stade rennais, sa première formation en France. «J’ai souvent été en conflit avec leurs supporters qui ont été plutôt moqueurs envers mon intérêt pour Lanus, un club argentin de football, et certaines décisions au sein du club ne m’ont pas plu. Outre ce mauvais rapport avec les supporters du club, Mubele déclare qu’il ne s’est pas plu à Rennes «qui n’est pas une belle ville».

Pourquoi pas le championnat belge?

A cette question lui posée par la rédaction d’Eventsrdc.com, Mubele se dit ne pas être intéressé par la Belgique. «Je n’ai aucune envie de jouer dans ce pays qui a une histoire particulière avec le nôtre. Je suis attaché, pardonnez-moi l’expression, à mon pays et à ses nombreux talents qui font sa force», a-t-il soufflé.

Astana, une opportunité de taille

Qualifié pour les tours préliminaires  de la Ligue des champions, le club kazakh représente une réelle opportunité pour Mubele afin de relancer sa carrière. Conscient de cela, il se dit être très exciter à l’idée de faire partie de cette formation lors de la campagne européenne. «Je suis très excité par ce nouveau challenge. Astana va jouer la Ligue des Champions et le Tour de France la même année. Je peux tirer mon épingle du jeu pour une victoire d’étape. Je souhaite aussi connaître la culture du Kazakhstan et rencontrer, si Dieu le veut, son président» a-t-il conclu.

Brice NLANDU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom