Léopards: Nsengi sauve 4 joueurs du DCMP des griffes de la FECOFA

0
Christian Sengi Biembe, deuxième assistant du sélectionneur des Léopards de la RDC. Radio Okapi/Photo Caniche Mukongo.

Premier couac chez les Léopards ère Nsengi. A quelques jours de la rencontre cruciale du dernier tour des éliminatoires du CHAN 2020 face à la RCA, quatre joueurs du DCMP se sont vus débarqués de la tanière par Christian Nsengi Biembe, sélectionneur national a.i des Léopards. Junior Mbele, Nathan Mabruki, Peter Ikoyo et Dieumerci Mukoko sont reprochés d’avoir séché la fin du stage organisé par la Fédération congolaise de football association -FECOFA- à Kinshasa. Libérés dans un premier temps pour prendre un vol prévu dimanche en direction du Soudan pour y livrer un match des Interclubs de la CAF, les 4 athlètes ont été remis à la disposition du sélectionneur par le SG du club qui a signifié à la Fédé le report du départ de dimanche à mardi. Entretemps, les concernés ne se sont plus pointés au lieu du rassemblement. Pire, leurs téléphones sonnaient éteints pendant tout ce temps. «Le coach regrette beaucoup, surtout pour Amale», s’est plaint un cadre de la Fédé sur les réseaux sociaux. Aussi étrange que cela puisse paraitre, les joueurs étaient bel et bien informés du report du voyage et ont préféré quitter le lieu du rassemblement. «C’est depuis vendredi que le voyage a été reporté. Un autre joueur nous a confirmé qu’il était bien au courant. Le coach lui n’a vu le message que le samedi», poursuit ce membre de la fédération. Un feuilleton qui est donc ni plus, ni moins qu’un boycott de la sélection. On s’étonne dès lors de la légèreté de la peine qu’écopent les joueurs fautifs. Alors qu’ils étaient annoncés exclus de la sélection, les 4 fugueurs sont frappés que d’un renvoi pour le présent rassemblement et pourraient donc revenir très bientôt. «Les portes de la sélection ne sont pas fermées pour eux. Ils ne prendront pas part au match face à la RCA ainsi qu’au stage des Léopards A prévu en Belgique», avoue notre source.

La jurisprudence Mbokani

Dans l’opinion, des interrogations taraudent tous les esprits. Comment des athlètes qui crachent sur le drapeau national peuvent-ils être traités avec une telle clémence. Et pourquoi Nsengi Biembe s’est-il empressé de sanctionner les 4 joueurs si ce n’est pas dans l’intention de les préserver de la rigueur de la Fédé? Le cas Mbokani est encore frais dans les mémoires. Pourtant star de la sélection, il a été exclu par deux fois. En 2011, Mbokani quitte la sélection à la veille du match face à l’Île Maurice en simulant une blessure, le verdict est sans appel, une exclusion à vie infligée par la Fédération, pas Nouzaret. La décision sera tout de même revue quelques mois plus tard. En 2016, il est réexclu cette fois-ci pour avoir raté un rassemblement. Et pourtant, il dispose d’un alibi de taille. Présent à l’aéroport de Zaventem ce 24 mars 2016, l’attaquant s’apprête à honorer sa unième sélection. Dans le hall, il assiste à un drame, l’explosion criminel de Zaventem et échappe de peu à la mort. Terrifié, il rebrousse chemin et s’excuse. Nenni, rétorque la Fédé qui lui colle une nouvelle exclusion à vie. Pourquoi donc les joueurs de DCMP bénéficient d’un traitement de faveur? Etre appelé en équipe nationale est une fierté, les couleurs nationales sont sacrées. Il n’y a pas longtemps, Constant Omari a décidé de ne plus appeler les joueurs ayant connu des «transferts à problème», le sabotage de la sélection n’est-il pas bien pire? A la fédération de saisir la balle au bond.

Dandjes LUYILA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom