La fougue Nsengi prête à surfer sur la vague de 2015

0

Nommé sélectionneur national en août dernier, Christian Nsengi Biembe s’apprête à connaître son baptême de feu sur le banc des Léopards à la faveur des matchs amicaux du 10 et 13 octobre 2019, respectivement face à l’Algérie à Blida et à la Côte d’ivoire à Amiens. Avec en sa possession l’essentiel de son ossature, le «double brassard» voudrait bien s’inspirer de 2015 et son intérim circonstanciel à la tête de la sélection, quand il remplaçait le tandem Ibenge-Zahira resté au pays pour le derby kinois entre V.Club et DCMP. A l’époque, les Léopards avaient battu le Nigéria, 2-0, et le Gabon, 2-1.

Face à l’Algérie, championne d’Afrique en titre, qui se produira dans sa forteresse intenable de Moustapha Thaker, les protégés de Nsengi devront certainement redoubler d’ardeur. Une réalité que l’homme dun «bon onze» reconnait, car, estime-t-il, le fer aiguise le fer. «Affrontons des équipes de plus en plus prestigieuses pour roder notre identité, notre style de jeu et que la crainte qu’inspire nos joueurs dans leurs clubs se répercutent dans la sélection», a posté Nsengi Biembe sur sa page Facebook officielle. Cependant, le patron du onze national devra composer sans Christian Luyindama et Merveille Bope, blessés, mais aussi très probablement sans Dieumerci Mbokani, hors des radars algérois. Toutefois, il pourra compter sur les retours en sélection de Jordan Ikoko et Neeskens Kebano et les grands débuts de Muleka, Kayembe mais également Samuel Moutoussamy, véritable attraction du rassemblement.

Une révolution à plusieurs inconnues

La crème d’absents et de rookies conduiront inévitablement à un onze inédit, jamais aligné en cinq ans de règne «Ibengois». Matampi absent, un boulevard est laissé dans les bois. Longtemps présenté comme successeur de Kidiaba, Mandanda a enfin l’occasion de se faire une place au soleil sous les ordres d’un technicien qui l’affectionne. Cependant, Anthony Mossi, jusque-là numéro 2 dans la hiérarchie d’Ibenge, et Jackson Lunanga, qui est monté avec Biembe, ne lui offriront pas de cadeau. Dans ce «triple threat match», la légende Kidiaba, devenu entretemps entraineur des gardiens, devrait certainement avoir la tâche difficile.

En défense, l’absence de deux latéraux de la CAN 2019, Issama et Djuma, pourrait faire les affaires de Jordan Ikoko, longtemps laissé au second plan par Ibenge. Seulement, Jordan Botaka, capitaine de St Trond, arrive en sélection avec plus de maturité, qualité qui lui a toujours fait défaut. Un autre casse-tête pour le coach.  Au milieu, seul Mpoku est quasi certain de tenir sa place. Pour le reste, il faudra se battre. Venus en conquérants, Kayembe, Imbula et Moutoussamy tenteront d’impressionner dès leurs premières sélections quitte à gagner le cœur du coach. Jacques Maghoma, auteur d’un début de saison en dent de scie, aura pour soutien de taille ses prestations de haute volée à la récente CAN pour postuler dans le onze. Egalement de retour dans la tanière, Gaël Kakuta se lance dans une opération de reconquête après avoir perdu de galons. En attaque, Muleka tentera, lui, de tirer son épingle du jeu dans le duel Mbokani-Bakambu. Sauf si Mpoku et Kakuta venaient à semer la pagaille, les ailes de l’attaque semble être promises à Bolasie et Akolo. Toutefois, une chose demeure pour le moins sûre, les deux matchs que s’apprêtent à livrer les Léopards «New Look» ne seront pas un élément déclencheur mais serviront certainement à se faire une idée de ce que sera l’identité de ces Léopards version Nsengi.

Dandjes LUYILA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom