Affaire Renaissance: Amos Mbayo joue au sapeur pompier

0

Juste après avoir enfilé officiellement sa costume de ministre des Sports, Marcel Amos Mbayo s’est aussitôt penché sur l’affaire du FC Renaissance. Le désormais patron des Sports a, mercredi 11 septembre 2019, reçu tout à tour dans son bureau, le président de l’Assemblée Provinciale, Godefroid Mpoyi, le président de la commission de gestion de la Ligue nationale de football -LINAFOOT-, Bosco Mwehu, ainsi que le vice-président de la Fédération congolaise de football Association -FECOFA-, Bobo Bondeme. L’un des sujets abordé au cours de ces assises: l’exclusion du FC Renaissance de la Vodacom Ligue 1. Au sortir de cette réunion, Godefroid Mpoyi  a dévoilé la raison de la tenue ainsi que de sa venue à ces assises. «Je suis venu ici pour plaider la cause du FC Renaissance du Congo. Etant président de  l’Assemblée provinciale, je dirais que nous avons besoin de plus de sérénité de cette ville», a-t-il déclaré.  A l’en croire, malgré les dérapages des «Bana Fibo», Renaissance ne mérite pas la lourde sanction qui lui a été infligée par la LINAFOOT. «Il est vrai que l’équipe a été fautive, mais comprenez que le FC Renaissance est aussi l’un des grands clubs de la ville. C’est pourquoi  je suis venu plaider leur cause auprès du numéro 1 des sports». Cette sanction infligé par la LINAFOOT au FC Renaissance qui ne cesse de défrayer  la chronique, n’a pas laissé la FECOFA indifférente. «Je suis venu pour m’imprégner de l’évolution du dossier, bien que tout est géré par la LINAFOOT», a fait savoir Bobo Bondembe. Et de conclure: «Le ministre nous a fait part de son point de vue vis-à-vis de ce dossier. Et pour notre part, entant qu’organe faitier, nous allons transmettre des injonctions à la LINAFOOT. Et cette dernière va l’examiner, ensuite nous reviendrons voir le ministre pour tout tirer au claire». Par ailleurs, le ministre des Sports a promis de s’impliquer totalement dans l’affaire afin qu’une solution soit trouvée. Affaire à suivre…

Roddy Grâce BOSAKWA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom