Élection du gouverneur de Mai-Ndombe: la CENI a démasqué et invalidé le fonctionnaire Aimé Mongo

0

Instants de vérité lundi 29 avril 2019 à la Cour d’appel de Mai-Ndombe. À la faveur de l’audience publique, devant quasiment toute la notabilite présente à Inongo, chef-lieu de Mai-Ndombe, et la population venue en liesse, la Commission électorale nationale indépendante -CENI- a expliqué pourquoi elle a invalidé la liste Aimé Pascal Mongo et Coco Pembe à l’élection du gouverneur.

Déroulé de l’audience: la partie demanderesse a naturellement exposé les faits via son conseil, Me Faustin Lukuma. L’avocat spécialement dépéché de Kinshasa pour la cause par le candidat gouverneur indépendant invalidé, Aimé Pascal Mongo Lokonda, a laissé entendre en substance que ses clients, les candidats gouverneur et vice-gouverneur Mongo et Coco Pembe, seraient invalidés par la CENI sans motif valable. Ainsi, sollicitent-t-ils de la Cour de céans d’annuler la décision de la Centrale électorale.

Réagissant au moyen des requérants, la CENI, par le truchement de ses experts dûment mandatés, a balayé les arguments de Mongo et Pembe. De manière soutenue, la Centrale électorale a suffisamment prouvé sur pièces, toutes certifiées conformes à l’original au greffe compétent, que le candidat Mongo, fonctionnaire de son état, a violé les dispositions tant constitutionnelles, légales que réglementaires.

La CENI a étayé ses affirmations en exhibant les pièces attestant que sieur Aimé Mongo est bel et bien fonctionnaire de l’État travaillant à l’Assemblée nationale, à la Direction des commissions, précisément la Commission économique et financière.

À en croire les mandataires de la CENI, encore une fois preuves en mains, Aimé Mongo venait de toucher le salaire du mois de mars 2019, et dans le registre de signalement de présence des agents pour le mois en cours, Aimé Mongo est effectivement repris sur la liste de présence journalière. Comme sur la liste du 22 avril 2019 où son nom figure au numéro 38 -Voir documents de l’Assemblée nationale en illustration. Voici que dans les renseignements fournis à la CENI à la faveur de sa candidature à l’élection du gouverneur de Mai-Ndombe, Aimé Mongo s’est présenté comme un libéral, un consultant -voir formulaire.

Aimé Mongo entendait donc tromper la CENI une nouvelle fois, comme lors des dernières législatives nationales, où il s’était déjà fait passer pour une personne exerçant une profession libérale. Les formulaires signés de sa main font foi.

Pour sa part, l’organe de la loi, représenté par le Procureur général de la province de Mai-Ndombe, par son avis donné sur le banc, a sollicité de la Cour d’appel de céans de déclarer irrecevable et non fondée l’action mue par sieurs Mongo et Pembe pour vices de forme, notamment pour défaut de qualité.

Conscient de son échec cuisant devant la Cour d’appel, Aimé Mongo a entrepris de manipuler la rue.
Des dizaines de personnes conviées à son appel à manifester le 29 avril à Inongo ont promis de mener des actions similaires à celles déplorées à Yumbi et dans la province de Sankuru. On a appris que certains responsables politico-administratifs voudraient en profiter pour tirer les ficelles. Les autorités nationales compétentes sont interpellées.

YA KAKESA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom