Sondage: les dix ministres les mieux cotés

0

Entre la population RD-congolaise et le gouvernement de la République, la confiance est de mise. C’est ce que révèle notre baromètre du mois d’octobre 2019 dans lequel l’exécutif national s’en sort bien avec une cote d’opinion favorable globale de 61% contre 27% des personnes qui pensent que le gouvernement Ilunga Ilunkamba balbutie dans tout les domaines. Ce taux honorable s’explique entre autres par l’adoption à l’Assemblée nationale des ministres de la loi du budget pour l’exercice 2020 fixé à 10 milliards de dollars; les promesses d’un appui budgétaire financier venant des institutions financières internationales; l’ordre qui revient dans le secteur de l’environnement; solution apportée au conflit opposant les employés des magasins détenus par les expatriés asiatiques avec leurs employeurs; l’ordre qui revient dans le secteur des sports ou encore la lutte contre le déboisement et le réchauffement climatique. Baudouin Mayo, vice-Premier ministre, ministre du Budget; Sele Yalaghuli, ministre des Finances; Claude Nyamugabo, ministre de l’Environnement et du développement durable; Justin Mwanangongo, ministre de la Classe moyenne, des petites et moyennes entreprises; Didier Mazenga, ministre des Transports et voies de communication; Néné Ilunga, ministre d’État à l’Emploi, travail et prévoyance sociale; Puis Mwabilu, ministre de l’Urbanisme et de l’habitat; Julien Paluku, ministre de l’Industrie; Amos Mbayo, ministre des Sports et loisirs et Jean-Lucien Bussa, ministre du Commerce extérieur sont les membres du gouvernement les mieux cotés.

Jean Baudouin Mayo

Le vice-Premier ministre, ministre du Budget a littéralement mouillé le maillot pour faire passer d’abord l’avant-projet de la Loi des finances de l’exercice 2020 en Conseil des ministres et, ensuite, le faire adopter par l’Assemblée nationale. Pour avoir réussi ce pari, Jean Baudouin Mayo est crédité de 71% d’opinions favorables. Ceux qui le considèrent comme le meilleur ministre du moment, apprécient aussi les consultations qu’il a initiées avec les membres du gouvernement en vue de réajustement des prévisions budgétaires de l’année 2020 passées de 7 milliards à 10 milliards de dollars conformément à la volonté du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo d’améliorer le social de la population. Ils notent aussi le travail de suivi de l’assurance qualité qu’il a fait en participant à des travaux de la commission Ecofin de l’Assemblée nationale pour donner des amples détails techniques liés aux contours ayant conduit à l’élaboration de ce budget. Ses admirateurs sont convaincus qu’en se donnant à cette tâche, Baudouin Mayo s’est soumis à l’exercice réglementaire reconnu dans la Loi des finances publiques de 2011, essentiellement consacrée à la navette du Budget. A cela s’ajoute l’adoption de la Loi sur la Reddition des comptes 2018 qui elle est aussi est passée à la commission Ecofin et le paiement des frais de fonctionnement des écoles des mois de septembre, octobre et novembre ainsi que certains litiges des salaires des enseignants.

Sele Yalaghuli

Présentation et adoption au Sénat de trois projets de loi autorisant la ratification de deux accords et d’un accord de financement chiffrés à plus de 200 millions de dollars américains; la réactivation de la coopération avec les différents bailleurs de fonds internationaux, dont la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, la Banque africaine de développement et l’Union européenne pour appuyer de projets prioritaires; la rigueur dans la gestion des finances publiques sont entre arguments évoqués par les 67% des répondants qui apprécient le travail réalisé ces dernières semaines par le ministre des Finances, Sele Yalaghuli. A titre illustratif, ceux qui lui sont favorables ont évoqué la signature de trois conventions distinctes de financement global de 27,5 millions d’euros avec l’UE qui s’inscrivent dans l’agenda 2030 des Objectifs du développement durable -ODD-, visant particulièrement à atteindre les objectifs numéro 1 relatif à l’élimination de la pauvreté sous toutes ses formes, et numéro 17 relatif à l’établissement des partenariats efficaces entre gouvernements, le secteur privé et la Société civile.

Claude Nyamugabo

A l’actif du ministre de l’Environnement et du développement durable, les 66% des RD-Congolais qui lui favorables notent entre autres le projet de plantation de deux cent millions d’arbres par an; l’intégration du secteur forestier dans les prochaines études de l’évaluation de l’ITIE-RDC; proposition d’élaboration d’un plan national d’adaptation des effets du changement climatique, le lancement des travaux de fonds vert; la gestion durable des forêts grâce à la consolidation du partenariat avec l’initiative pour les forêts d’Afrique centrale -CAFI- et le Renforcement des capacités du Fonds national pour la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts -FONAREDD. A ce propos, la population note que le ministre de l’Environnement a relancé le dialogue avec la CAFI en vue d’entamer le processus de décaissement de 16 millions de dollars américains destinés à ce projet. Ceci va permettre de mettre en œuvre un programme de gestion durable des forêts.

Justin Kalumba Mwana Ngongo

Le ministre de la Classe moyenne, des petites et moyennes entreprises a répondu favorablement aux attentes des RD-Congolais. C’est en tout cas ce que soutiennent 64% des répondants qui lui sont favorables. Ils évoquent entre autres l’organisation des activités de l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé -ARSP-, lesquels ont proposé des solutions efficaces aux deux grands défis auxquels fait face le secteur de sous-traitance en RD-Congo, à savoir: l’absence de financements adéquats pour les entreprises à capitaux RD-congolais et le manque d’expertise locale. En effet, la population RD-congolaise note qu’à ces assises, Justin Kalumba Mwana Ngongo a plaidé en faveur de l’application de la loi n°17/001 du 8 février 2017 qui fixe les modalités de la sous-traitance dans le pays. Cette disposition exige, par exemple, aux entreprises principales de verser aux sous-traitants des acomptes d’au moins 30% de la valeur du marché à la signature du contrat. D’aucuns pensent donc que cette initiative permettra de faire bénéficier au Trésor public les retombées du boom économique dans le secteur minier avec un impact considérable dans la lutte contre le chômage et la pauvreté.

Didier Mazenga

Le ministre des Transports et voies communication a rassuré 63% des RD-Congolais. Ces derniers apprécient particulièrement l’attention qu’il a accordée à la société des Transports au Congo -TRANSCO- en convainquant le gouvernement qui a accepté de financer l’achat des nouveaux bus; l’opération réussie de l’identification des flottes fluviales; une série d’activités de sensibilisation dans le secteur maritime avec comme objectif de faciliter la femme qui œuvre dans ce secteur; la réaction rapide à tous les cas de crashs et accidents enregistrés, etc. Les répondants soutiennent aussi que Me Didier Mazenga fournit des efforts pour donner un nouveau souffle à la SCTP -ex-ONATRA- pour avoir pris langue avec des investisseurs russes en vue de doter à cette société de nouvelles locomotives pour relancer ses activités ferroviaires. Également à son actif, la réponse apportée à la crise sociale à l’OEBK même si des mains noires tirent les ficelles pour des visées inavouées.

Nene Ilunga

Après avoir effectué une série de visites de travail dans les entreprises sous tutelle de son ministère en vue de s’imprégner de conditions de travail des agents, la ministre d’Etat en charge de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, Nene Nkulu Ilunga, a concentré son attention sur le conflit opposant les travailleurs des services privés de placement, sociétés de sous-traitance détenus par les Indo-pakistanais avec leurs employeurs. Pour avoir éteint le feu après avoir convoqué les délégations des différentes parties dans son cabinet à l’Hôtel du gouvernement, concernant le mouvement de mécontentement et manifestations observés durant quelques jours, elle a été créditée de 63% d’opinions favorables. Ceux qui lui sont favorables voient derrière le règlement de ce litige de travail, sa volonté et sa détermination de faire en RD-Congo, sous son mandat, les dispositions légales et règlementaires en ce qui concerne notamment, l’horaire du travail et du repos hebdomadaire; l’application du SMIG; du paiement des heures supplémentaires et des jours fériés ou encore des conditions de travail. On note aussi à son actif la signature d’un protocole d’accord de mise en œuvre du projet de construction d’un centre ultramoderne de l’Institut national de préparation professionnelle -INPP- à Kolwezi, dans la province du Lualaba.

Puis Mwabilu

Des solutions idoines pour lutter contre la spoliation des terrains appartenant à la Société congolaise des transports et des ports -SCTP-, le ministre d’Etat, ministre de l’Urbanisme et habitat, Pius Muabilu, a promis de s’y impliquer à fonds. Il a rassuré les syndicalistes qui lui ont fait part de la spoliation des terrains appartenant à l’ex-ONATRA par des tiers et ont également fait savoir que cette société a du mal à évoluer suite aux différentes raisons, à savoir: la spoliation des domaines de cet établissement public dans la capitale, à Matadi et d’autres provinces. Il les a rassurés de son soutien pour une solution idoine, leur promettant de rester au service du peuple dans le respect des lois du pays. Il s’est aussi impliqué pour l’amélioration des conditions de travail du personnel de l’Administration de son ministère. Pour toutes ces actions et tant d’autres, il s’en sort bien avec 61% d’opinions favorables.

Julien Paluku

La revalorisation du secteur industriel du pays grâce à la baisse du taux d’intérêt pour tout projet d’investissement pour les RD-Congolais par le Fonds de promotion de l’industrie -FPI- fait partie des actions phares du ministre de l’Industrie, Julien Paluku. Pour celle-ci et tant d’autres dont son engagement à doter à la RD-Congo plus ou moins 10 000 à 20 000 entreprises industrielles à l’horizon 2030-2040, il bénéficie de 58% d’opinions favorables. Par ailleurs, au sujet de la réduction du taux d’intérêt des crédits du FPI, les répondants soutiennent que cette mesure qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et les inégalités, passe de 18 voire 20 à 6%, soit une variation significative DZ près de 30% à la baisse.

Amos Mbayo

Le ministre des Sports et loisirs, Amos Mbayo, a obtenu 55% d’opinions favorables essentiellement pour avoir donné un signal fort sur sa détermination à redorer le blason de ce secteur. Les répondants notent qu’au cours d’une cérémonie solennelle organisée à Kinshasa, il a révélé son programme pour les trois premiers mois de son mandat. Ce programme de 100 jours a pour but de placer les sports RD-congolais et les loisirs sur l’orbite du développement en RD-Congo.

Jean-Lucien Bussa

Le ministre du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa, ferme la manche avec 54% d’opinions favorables. Il est récompensé essentiellement pour s’être impliqué en vue de la résolution de la crise des denrées alimentaires dans l’ex-Katanga.

Sondage Les Points

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom