Tshikuya, l’artisan du redressement de l’INPP

0

A son avènement à la tête de l’INPP, Maurice Tshikuya Kayembe a hérité d’une entreprise publique en faillite, en cessation de paiement avec 49 mois d’arriérés de salaires. Grâce à un esprit managérial éclairé, il a réussi à placer cet établissement public sur orbite avec des partenaires sûrs.

En partenariat avec les Japonais de JICA, Tshikuya a impulsé la construction des centres ultra modernes de formation professionnelle à Kinshasa, Mbuji-Mayi, Lubumbashi et prochainement à Kikwit, Boma et Bunia.  Avec les Français de l’AFD, Bukavu, Goma et Mbandaka ont été aussi dotées des centres ultramodernes de formation professionnelle. Une collaboration exemplaire qui fait des émules. Exceptionnel. Personne n’a réussi à faire ça avant Maurice Tshikuya Kayembe. Loin de dormir sur ses lauriers, l’Administrateur directeur général de l’INPP élargit le cercle avec les Chinois engagés, à leur tour, à construire des bâtiments ultramodernes en faveur de l’INPP/Kolwezi, dans le Lualaba.

Le partenariat a été scellé le 7 novembre dernier au terme de la cérémonie de signature du protocole d’accord entre la ministre d’Etat en charge de l’Emploi, travail et prévoyance, Néné Nkulu, et le conseiller économique et social de l’Ambassade de la Chine en RD-Congo, pour la mise en œuvre du Projet de construction d’un site ultramoderne de l’INPP à Kolwezi. La cérémonie s’est déroulée au cabinet de la ministre Néné Nkulu et a connu deux temps forts. Tout d’abord, l’Administrateur directeur général de l’INPP, Maurice Tshikuya, et le Secrétaire général aux Infrastructures et travaux publics, ont signé avec la délégation chinoise des PV des études de faisabilité élaborés dans la province de Lualaba et ont inter-changé des signataires. En second lieu, la ministre d’Etat Néné Nkulu, satisfaite de présider la cérémonie, a signé le protocole d’accord avec le conseiller économique et social de l’ambassade de la Chine en RD-Congo. «Je suis très content de participer à cette cérémonie de signature avec la ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale. Cette fois-ci les études se sont bien déroulées grâce à l’assistance de la partie RD-congolaise, surtout l’équipe de l’INPP. Au plus tard l’année prochaine, on aura fini toute la conception. Une fois approuvée par la partie RD-congolaise, très rapidement on va lancer les travaux», a déclaré le conseiller économique et social de l’ambassade de la Chine en RD-Congo, avant que Maurice Tshikuya adresse ses remerciements à l’endroit du gouvernement chinois pour l’important apport en faveur de la province de Lualaba. «Chaque étape est un challenge gagné et je ne peux que dire merci au gouvernement chinois. A Kolwezi, faute des compétences et qualifications professionnelles, beaucoup d’étrangers occupent des emplois que les RD-Congolais pouvaient occuper. Avec la signature de ce contrat, nous allons résoudre d’une manière durable et pérenne cette situation qui dérange beaucoup plus la jeunesse pour son insertion socio-économique», a soutenu l’ADG Tshikuya. Puis: «C’est un appui important non seulement pour l’INPP, mais pour toute la République et c’est la promotion même de l’emploi». De sa part, Néné Nkulu, ministre d’Etat en charge de l’ETPS, a déclaré: «Nous nous faisons l’agréable devoir, celui de rendre un vibrant hommage à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, parce qu’il attache une importance à la formation professionnelle, maillon indispensable pour le développement des compétences de la population active». A la suite du Président de la République, Néné Ilunga Nkulu a aussi remercié le Premier ministre Ilunga ainsi que le gouvernement chinois pour cet appui, la direction générale de l’INPP ainsi que les experts RD-congolais et chinois qui ont participé aux études de faisabilité. Néné Ilunga a en plus a fait remarquer que l’INPP poursuit son élan de modernisation de la formation professionnelle et se déploie sur l’ensemble du territoire national afin de permettre à tout RD-Congolais, non seulement d’acquérir les compétences indispensables pour son épanouissement, mais aussi de sortir de la zone de vulnérabilité et de pauvreté. «La province du Lualaba sera dotée d’un dispositif de formation, avec des équipements adéquats, susceptibles de répondre aux besoins de la main d’œuvre qualifiée locale, sans recourir à l’importation de la main d’œuvre étrangère par les entreprises minières. Cela aura un impact positif sur la promotion de l’emploi en RD-Congo et sur la coopération entre la Chine et la RD-Congo», a-t-elle affirmé non sans rassurer que son ministère et celui des Infrastructures et travaux publics ne ménageront aucun effort pour accompagner l’équipe chargée de la réalisation de ce projet. «Que tous les acteurs impliqués travaillent en harmonie pour son aboutissement heureux à l’instar des autres projets financés par les partenaires tels que la JICA et l’AFD en faveur de l’INPP qui a notre soutien pour le rôle d’interlocuteur fidèle auprès de notre gouvernement», a appelé la ministre d’Etat en charge de l’ETPS. Selon Néné Nkulu, ce centre va former la population active dans différentes filières: mécanique générale, automobile, hydropneumatique, soudages spéciaux, plomberie, électrotechnique, froid et climatisation, coupe et couture, informatique, conduite des engins lourds, agroalimentaire, bâtiment et génie civil, construction métallique, contrôle technique automobile.

Laurent OMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom