La Police traque et présente 53 présumés criminels à Kinshasa

0
43

La Police nationale congolaise -PNC- a, depuis quelques jours, initié l’Opération spéciale de ratissage à Kinshasa, la capitale RD-congolaise. L’activité concerne la traque des bandits dans des quartiers où le phénomène de banditisme urbain, connu à Kinshasa sous l’appellation de «Kuluna», tentait de prendre de l’ampleur et où les habitants ont longtemps décrié l’insécurité. L’opération a déjà donné son premier résultat louable. Lundi 19 mars 2018, le Commissariat provincial de la Police de Kinshasa a traqué et présenté 53 présumés criminels parmi lesquels 13 bandits armés. Parmi les personnes interpellées figurent 5 civils excellant dans le vol des voitures de marque Toyota IST. «Ils auraient volé ces voitures en octobre 2017 au quartier Tomba, dans la commune de Matete, et deux autres voitures au quartier Kingabwa aux mois de février et mars de cette année dans la commune de Limete», a fait savoir le Commissaire provincial de la Police de Kinshasa, poursuivant que les trois autres bandes composées de jeunes porteurs d’armes blanches, dont des machettes et barres à mines ont été présentées devant la presse. Ces jeunes ont été principalement interpellés au camp Luka, aux quartiers 2 et 3 de la commune de Masina. «Ces présumés bandits sèment la terreur et la désolation dans la ville de Kinshasa. Ils ont été interpellés lors d’une opération spéciale de ratissage qui a ciblé les quartiers dans lesquels le phénomène Kuluna tentait de prendre de l’ampleur», a précisé le Commissaire provincial de la Police de Kinshasa.

Saisi d’un lot d’appareils d’amplification des sons

Hormis cette opération ciblée contre les Kulunas et autres bandits, la Police nationale congolaise a également présenté un lot d’une cinquantaine d’appareils d’amplification des sons saisis dans des églises et débits de boissons pour nuisance sonore. Au cours de la cérémonie, le Commissariat provincial de la Police de Kinshasa a rappelé aux détenteurs des débits de boissons et responsables d’églises de devoir veiller à réduire le volume de leurs instruments de musique au risque de les voir saisis par ses unités dépêchées sur le terrain à cet effet.

Des présumés bandits armés arrêtés et présentés à Beni

Malgré les avancées significatives du gouvernement central concernant l’amélioration de la sécurité sur toute l’étendue de la République, quelques criminels résistent encore dans certains coins de la RD-Congo. A Beni au Nord-Kivu, les services de sécurité et de renseignement ont arrêté 6 présumés bandits armés, auteurs de l’insécurité dans cette ville et sa périphérie. L’Auditorat militaire supérieur près la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu les a présentés le même lundi 19 mars au maire de Beni. Il a affirmé avoir mené uniquement les enquêtes et qu’il va transmettre le dossier à l’Auditorat militaire de garnison de Beni pour préparer une audience publique.

Selon des sources militaires, ces personnes interpellées, qui sont des jeunes gens pour la plupart, sont des auteurs présumés de l’assassinat en décembre 2017 du chef du quartier Ndindi de la ville de Beni et du kidnapping au mois de janvier 2018 d’un prêtre de la paroisse catholique de Bingo. «Les quatre armes du type AK47 et 5 tenues militaires que ces présumés bandits utilisaient pour opérer ont été déterrées dans un champ situé entre les quartiers Kasanga Tuha et Saïo de la ville Beni», ont rapporté des sources sécuritaires à «Radio Okapi».

Tino MABADA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom