Ngobila accueilli avec pompe à Makala et Ngiri-Ngiri

0

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a initié une série de visites dans les différentes communes de la capitale. But: sensibiliser la population sur le lancement officiel de l’Opération «Kinshasa bopeto» prévu le 28 septembre prochain. Mardi 17 septembre, le premier citoyen de la ville a débuté sa tournée dans la commune de Makala où une foule immense l’a accueilli avec liesse, sous le coup de 11 heures. Dans l’enceinte de la maison communale où était prévue la cérémonie, le bourgmestre adjoint, Gommer Masisisa, a, dans son mot de bienvenue, exprimé sa joie de recevoir la visite de l’autorité urbaine dans sa juridiction considérée, selon lui, comme la plus malade de la capitale. Sans aller par le dos de la cuillère, le bourgmestre adjoint de Makala a fait part de difficultés auxquelles sont confrontés ses habitants. «La commune de Makala a une superficie de 560 hectares, avec 650 habitants au km2. La commune de Makala est butée à plusieurs difficultés qui font l’objet de notre cahier de charge que nous allons vous remettre aujourd’hui», a fait savoir le vice-bourgmestre. Par ailleurs, il a relevé quelques préoccupations notamment le manque de routes, d’hôpitaux et de marchés modernes au sein de sa commune. «La commune de Makala était en tête quant au recouvrement de l’impôt foncier. A l’époque, en guise de récompense, le gouverneur Kimbuta avait promis de réhabiliter l’avenue Elengesa, mais rien n’a été fait à ce jour. Notre commune est enclavée et la population attend beaucoup de vous», a-t-il dit au gouverneur Ngobila. Le patron de la commune de Makala a enfin rassuré l’autorité urbaine du soutien total de la population de Makala à l’Opération «Kinshasa bopeto». Prenant la parole, Gentiny Ngobila a partagé les inquiétudes de la population de Makala, mais il a promis d’intervenir dans le sens de répondre tant soit peu aux besoins de cette commune. Il a également promis la réhabilitation et la modernisation des avenues Kikwit et Elengesa. «Je suis venu, j’ai vu, il reste de revenir pour débuter les travaux. Nous avons fait le programme des avenues Kikwit et Elengesa. Si ces deux routes sont réhabilitées, ça va désengorger d’autres routes. Il faudra aussi penser à la modernisation de la maison communale», a-t-il annoncé. Et d’ajouter: «aujourd’hui, la ville compte plus de 15 millions d’habitants. C’est beaucoup. Nous devons penser déjà à la nouvelle politique de réaménagement de la ville». De la commune de Makala, le gouv’ Ngobila s’est rendu dans la commune de Ngiri-Ngiri où il a rejoint les Ngiringotoises et Ngiringotois qui l’attendaient impatiemment. Partout, il a prêché Kinshasa bopeto qui demeure une philosophie devant conduire les Kinoises et Kinois au changement des mentalités, pour l’assainissement de l’environnement, des Finances et de l’administration. Comme à Makala, il a insisté sur la nuisance sonore qu’il faut à tout prix combattre dans la capitale. Il a rappelé que de lundi à vendredi, la musique est autorisée à jouer jusqu’à 21h30. Et le week-end, c’est jusqu’à minuit. «Si la ville est propre, ordonnée, il y aura des investisseurs qui seront attirés. Ainsi, j’ai reçu des bourgmestres de toutes les communes dernièrement pour les sensibiliser sur la propreté de la ville. Kinshasa bopeto c’est aussi le changement de nos mentalités», a renchéri le gouverneur de la ville. Pour sa part, la bourgmestre de Ngiri-Ngiri, Ernestine Mujinga, a exposé les problèmes qui rongent son entité. Il s’agît entre autres du manque de contrat de jumelage permettant à la commune de se développer. «Ses infrastructures sont restées telles que les belges les ont laissées. Nous avons des difficultés liées à la normalisation et la modernisation de l’administration municipale, à l’amélioration des conditions de travail», a-t-elle déclaré. Le bourgmestre a évoqué l’achèvement des projets financés par l’Agence de la coopération allemande -GIZ-, la modernisation du marché bayaka, le seul que la commune compte. «Le moyen d’évacuation des épaves des véhicules éparpillés à travers la commune pose aussi problème. L’autre difficulté c’est la non desserte de manière fréquente de l’énergie électrique et de l’eau. Depuis 2015, la REGIDESO a coupé l’eau dans la maison communale. Le curage de la rivière Kalamu et l’aménagement des collecteurs sur l’avenue de la Libération posent aussi problème», a conclu le bourgmestre de Ngiri-Ngiri. Le gouv’ Gentiny Ngobila a promis de revenir dans les deux communes visitées pour le lancement des travaux.

Olitho KAHUNGU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom