Masisi: Hama Zahiga, le président de la Société civile du groupement Mupfuni Shanga, enlevé depuis jeudi

0

La Coordination territoriale de la jeunesse intercommunautaire du territoire de Masisi, dans le Nord-Kivu, dénonce l’enlèvement jeudi 28 novembre de Hama Zahinga dit Marteau, président de la Société civile du groupement Mupfuni Shanga, dans la chefferie de Bahunde.

Selon un communiqué publié vendredi 29 novembre, sieur « Hama Zahinga a été enlevé et conduit dans un cachot de l’auditorat militaire à Rubaya, dans une zone aussi suspecte où l’autorité de l’État n’existe presque pas ».

Ses bourreaux déjà identifiés tentent désespérément de trouver des motifs pour couvrir cette arrestation irrégulière et, par la suite, effacer les traces de cet enlèvement, alerte le communiqué.

La Société civile de Masisi rappelle qu’il va faire bientôt trois mois que le bureau TD/Goma avait également procédé à l’arrestation de Hama Zahinga, dans un contexte aussi incompréhensible. Saisi, le commandant de la 34ème région avait ordonné sa libération après une journée de manifestation de la population du groupement Mupfuni Shanga.

Il y a près de deux semaines, Hama Zahinga a dénoncé le meurtre d’un vieil homme de la chefferie Bahunde par une famille bien idenfiée à Kirotshe et Goma, la même qui s’illustre par des actes de spoliation des terres appartenant aux Bahunde. Les criminels n’ont jamais été inquiétés. La situation de Shonga ne cesse d’occasionner des violations graves de droits de l’homme dans certains villages du groupement de Mupfuni Shanga. Le banditisme foncier explique ce climat terroriste. Le spoliateur, un certain Claude Kahato, et toute sa bande ne cessent de multiplier des démarches pour faire taire la population propriétaire des terres et la contraindre à renoncer à ses droits.
La Société civile de Masisi « exige la libération sans condition de Hama Zahiga avant que le pire n’arrive ».

Natine K.

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom