LRK fait un don d’USD 1200 à 12 Kasaiennes de Kinshasa

0
13

Le Week end dernier, Le Coordonnateur adjoint du mouvement citoyen LRK, Jeff Ciamala, a, le week-end dernier, procédé à la remise d’une somme d’USD 1200 a quelques douze femmes originaires de l’espace du Grand Kasaï habitant à Kinshasa. Selon Ciamala, cet acte caritatif s’inscrit dans la vision sociale de cette association qui, souligne-t-il, se préoccupe des conditions de vie des familles RD-congolaises et plus particulièrement des familles kasaïennes.

«La population cible est celle des femmes kasaïennes à faible revenu qui exercent un petit commerce pour subvenir aux besoins de leurs familles. Cette aide permettra aux bénéficiaires d’augmenter leur capacité financière pour faire face aux difficultés matérielles auxquelles elles sont confrontées, surtout  dans l’éducation de leurs enfants», a-t-il expliqué. Jeff  Ciamala, résidant  dans la commune de Vilvoorde en Belgique, est venu à Kinshasa pour mener à bien   cette action qui, selon lui, a été rendue possible par le soutien de l’ONG flamande VRIS de la commune de Vilvoorde.

«LRK a l’ambition de pérenniser ce projet qui se réalisera par phases en fonction de l’identification des femmes kasaïennes sur toute l’étendue de notre pays, la RD-Congo.  Le coût total de la première phase de ce projet est d’USD 2000 dont la première tranche d’USD1200 a été affectée pendant notre séjour à Kinshasa. Le projet se poursuivra avec l’arrivée  prochaine à Kinshasa de Victor Diela, coordonnateur national de LRK», a-t-il confié. Et de poursuivre: «je vous exhorte, Chères mamans kasaïenne, à se prendre en charge et à s’approprier ce projet afin que celui-ci puisse se développer à grande échelle pour profiter à un grand nombre de familles kasaïennes». Jeff Ciamala a,  en outre, mis un accent particulier sur le caractère pédagogique de ce projet qui, pour lui, consiste  beaucoup plus à entretenir la solidarité entre les kasaïens.  Il a aussi informé l’assistance que LRK détient, à Bruxelles, un stock de deux tonnes de vêtements pour enfants, femmes et hommes; des chaussures et accessoires vestimentaires pour venir en  aide aux victimes des massacres du phénomène Kamwina Nsapu au Grand Kasaï. «Les démarches pour l’acheminement de ces colis humanitaires au Kasaï sont en cours. Un autre projet consiste en une chaîne de solidarité médicale qui amènera au Kasaï une équipe des médecins belges et des médecins kasaïens résidant en Belgique pour des consultations et des traitements gratuits de différentes pathologies aux populations les plus démunies», a-t-il laissé entendre. Pour ceux qui ne savent pas, LRK est un mouvement citoyen politico-social qui se veut un lieu d’union, de convergence et de reconstruction de l’espace du Grand Kasaï.  Il  regroupe les filles et les fils de l’espace du Grand Kasaï de différents horizons -associations culturelles kasaïennes, de la société civile, des partis politiques, des élites kasaïennes, des notables et des hommes de métiers-  sans discrimination de sexe, d’appartenance politique et ni d’obédience philosophique.

Parousia MAKANZU

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom