L’INPP bientôt en programme avec la Banque mondiale

0

La semaine dernière a été marquée par la rentrée à la Fédération des entreprises du Congo -FEC. Occasion pour Maurice Tshikuya Kayembe, Administrateur directeur général de l’Institut de préparation professionnelle -INPP- de se présenter devant le patronat pour un exposé de haut vol. Thème: «L’importance de la formation continue comme socle de la rentabilité des entreprises». Tshikuya a plaidé en faveur d’une collaboration pérenne entre les entreprises membres de la FEC et l’INPP avant d’inviter les sociétaires à bien exprimer leurs besoins respectifs. L’ADG a cité les recyclages intenses organisés en faveur du personnel de l’INPP. Tshikuya a profité de cet oral pour pa0rler pour la première fois du programme imminent entre la Banque mondiale et l’opérateur public en charge de la formation professionnelle. Une grande première, ce partenariat historique sera scellé par la construction de nouveaux bâtiments ultramodernes de formation professionnelle après les infrastructures du même genre offertes par la coopération technique japonaise. Toutes ces réalisations le sont pour le bonheur de la jeunesse de la RD-Congo et le renforcement du capital humain. Dans les entreprises publiques de la RD-Congo, personne n’a pu accomplir de telles prouesses avant Maurice Tshikuya. Ce manager exemplaire a pris une société d’État en faillite, en cessation de paiement avec 49 mois d’arriérés de salaire pour la ramener à un niveau viable et fiable. Grâce à son leadership, l’INPP ne connait plus d’arriérés de salaires, compte une quarantaine de centres de formation à travers le pays et fait parler de lui dans des forums internationaux de la spécialité. Tshikuya a réussi à convaincre les partenaires et avoir leur confiance. Après les Japonais de JICA et les Français de l’AFD, il a séduit coup sur coup les Chinois, engagés à construire dans les prochains jours à Kolwezi le plus grand centre de formation professionnelle de la sous-région Afrique centrale, et la Banque mondiale, d’accord pour ériger un autre centre ultramoderne après celui planté à la 11ème Rue Limete par la Coopération japonaise. Pareils engouement et bilan ne peuvent que susciter la confiance des entreprises membres de la FEC.

KISUNGU KAS

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom