Dans le cadre du partenariat EPSP-Save the Children, les enseignants RD-congolais à l’école de l’éducation à la vie

0

En collaboration avec l’ONG internationale «Save The Children», le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel -EPSP- organise une série d’ateliers de formation à l’intention des enseignants et directeurs d’écoles sur l’utilisation des programmes nationaux d’éducation à la vie familiale en lien avec les outils «Bien grandir plus». L’objectif poursuivi est de doter les enseignants des compétences sur le cours d’éducation à la vie courante. Les différentes thématiques abordées sont en lien avec la santé de la reproduction des jeunes adolescents.

«Nous sommes venus former les enseignants sur les programmes nationaux d’Education à la vie courante en lien avec les outils «Bien grandir» a mis en place par notre organisation», a précisé Grace Salima à l’ouverture de cet atelier axé sur l’utilisation des programmes nationaux d’Education à la vie courante. Elle a en outre signalé que l’activité est programmée par le ministère de l’EPSP qui a mis en place un certain nombre de programmes avec l’appui de Save the children.

Les outils «Bien grandir plus», conçus avec le concours du ministère de l’EPSP, vont servir comme matériels didactiques pour la dispense du cours d’Education à la vie. «A travers cet atelier, nous voulons doter les enseignants RD-congolais, des compétences de vies courantes parce que ce sont des thematiques liées à la santé sexuelle et reproductive des jeunes adolescentes. Ce sujet reste encore un tabou dans notre communauté», a expliqué Grace Salima. Et de poursuivre: «Notre souci est que ces programmes soient éparpillés dans les écoles sur toute l’étendue du pays surtout pour les enfants âgés entre 10 et 14 ans. Il s’agit d’un projet qui prend en charge les enfants de 10 à 19 ans. Ce qui justifie la présence à cette formation, des enseignants de 5ème primaire à 6ème des humanités».

En sa qualité de chargée d’activités, Grace Salima a en outre indiqué que les ateliers de formation se tiendront sur trois sites différents, par groupe de 300 enseignants par semaine. Au total, 450 enseignants seront formés en premier lieu et 450 autres la deuxième semaine.  A Kinshasa, ces ateliers se tiendront sur trois sites dans le district de la Tshangu notamment. Les établissements retenus ne sont autres que les écoles primaires et secondaires: Don Bosco et l’Institut Yimbukulu. Chaque atelier va accueillir 30 personnes pendant 5 jours. Il y aura au total 15 ateliers entre le 08 et le 12 avril puis plus tard 15 ateliers entre le 15 et le 19 avril 2019.

A en croire les initiateurs de ces ateliers, l’objectif général poursuivi est de contribuer à l’amélioration de la santé sexuelle et de la reproduction des adolescents de la Tshangu en renforçant les capacités de 900 enseignants et chefs d’établissement sur le contenu des programmes nationaux d’éducation à la vie familiale. Il est aussi question d’établir les liens avec les outils mis en place.

Pour rappel, «Bien grandir plus» est un projet multisectoriel triennal d’appui au gouvernement de la RD-Congo pour l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive des adolescentes et jeunes. Ses activités sont mises en œuvre par le Programme de santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes, avec la collaboration de différents partenaires, dans sept zones de santé de la ville province de Kinshasa à savoir: Masina I, Masina II, N’djili, Kimbanseke, Kikimi, Biyela et Kingasani. Ce projet a comme objectif général: contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des adolescents et adolescentes dans les communes cibles de Kinshasa grâce à un accès égal à des informations et aux services de santé sexuelle et reproductive, planification familiale sensibles au genre et intégrant les questions des violences sexuelles basées sur le genre.

Mymye MANDA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom