Passeport Kalonda: Silence radio 3 mois après la promesse du Président

0

Le silence radio persiste à la Cité de l’Union africaine et au Palais de la Nation sur le dossier lié au passeport de Salomon Idi, conseiller spécial de Moïse Katumbi. Pourtant, il y a trois mois plus précisément, le Chef de l’État avait assuré à Bunia au cours d’une conférence de presse en marge des festivités du 30 juin que le président du PND allait recevoir son passeport. Félix Tshisekedi avait sorti des mots aimables à l’endroit de SK Della: «il est RD-Congolais. Il a le droit de rentrer dans son pays. Contrairement à son leader, je n’ai pas suivi ce cas. C’est un jeune frère que je connais. Il m’a été proche un moment donné. Je n’ai rien contre lui». Félix Tshisekedi avait reconnu qu’il était RD-Congolais et qu’il devait avoir bientôt son passeport. Mais depuis lors, plus rien. Salomon Idi Kalonda est contraint presque à l’exil forcé. Selon une source bien introduite, son passeport est toujours bloqué à la présidence de la République. Des appels ont été lancés par son parti -PND-, par les leaders d’Ensemble et de Lamuka mais aucun signe ne démontre qu’il recevra son fameux sésame bientôt pour lui permettre de rentrer au pays.

Salomon Idi, pourquoi le passeport est toujours bloqué?

Dans l’opinion, la question de passeport de Salomon Idi Kalondo paraît désormais comme de l’acharnement, mieux un harcèlement politique du nouveau régime contre un opposant. Pourtant, son dossier a été introduit le même jour et à la même heure que Katumbi. D’ailleurs du groupe de 4K, Katumbi-Kamitatu-Kalombo-Kalanda, seul le dernier cité n’a pas eu son passeport. Les autres ont obtenu les leurs et ils sont tous rentrés au pays. Les sources recoupées indiquent que les 4 passeports ont été bel et bien imprimés. Trois ont été remis à leurs propriétaires sauf celui du leader du PND qui a été retiré et gardé au secret dans un bureau à la présidence. Un règlement des comptes n’est pas à exclure, dénonce un membre du parti de Idi qui trouve incompréhensible que seul Salomon Idi soit bloqué à l’extérieur du pays. Des tireurs de ficelle seraient nombreux dans l’entourage du Chef de l’État pour le pousser à zapper SK Della.

État de droit, le passeport est un droit

Le passeport est une simple pièce d’identité. Le détenir est un droit pour tout citoyen. «Au moment où on parle de l’État de droit, le nouveau régime ne pense pas qu’il viole le droit d’un citoyen RD-congolais en lui privant sans raison son passeport», réagit un compatriote. Et un leader de Lamuka de renchérir: «pour un problème de haine, de jalousie et de règlement des comptes, vous allez violer un droit reconnu à un citoyen congolais par la république». A force de refuser de donner sans raison valable le passeport à Salomon Idi Kalonda, il s’agit tout clairement d’une violation intentionnelle des droits de l’homme, explique Mapumba Benjamin, un activiste des Droits de l’homme. Et seul le Chef de l’État doit être tenu pour responsable de cette situation, ajoute un cadre d’Ensemble qui précise que si c’est lui qui avait décanté la situation des autres exilés politiques, c’est bien lui-même qui avait promis de trouver la solution au problème de Salomon Kalonda à Bunia. Donc, la solution passe par lui. Ne pas agir en contraignant un compatriote à l’exil forcé dénote tout simplement de la mauvaise foi. S’il donne un ordre, il sera exécuté à la minute. Son silence dit tout. Et, selon lui, l’acte n’est rien d’autre qu’une violation des Droits de l’homme mêlé à un cruel acharnement politique.

Avec agence

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom