Candidat au bureau du Sénat, Evariste Boshab reçoit le soutien du PPRD

0

Le temps a sonné à la Chambre haute du Parlement RD-congolais. En fait, le Sénat est à l’heure de la mise en place de son bureau définitif. Et dans le ticket devant présider à la destinée de cette institution législative, le Front commun pour le Congo -FCC- a aligné le sénateur Evariste Boshab. C’est cet élu de la province du Kasaï qui fera partie du futur bureau de cette Chambre au regard de l’expérience qu’il draine dans son cursus professionnel. L’élection au perchoir du Sénat de ce constitutionnaliste, ancien président de l’Assemblée nationale, apportera beaucoup dans le travail législatif de la Chambre haute du Parlement RD-congolais.

«Evariste Boshab Mabudj-Ma-Bilenge. C’est lui qui sera à la vice-présidence du Sénat», c’est le maître mot qui revient non seulement sur les lèvres des élus du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie -PPRD- mais de l’ensemble des acteurs de cette formation politique. Le soutien des élus de ce parti qui constitue la première force du FCC à cet ancien président de l’Assemblée nationale est total. Le Sénat est une institution où l’on trouve des sages, des hommes qui ont une expérience dans tel ou tel autre domaine. Ce n’est pas une Chambre où l’on vient tout apprendre au regard du rôle législatif qu’ils ont à jouer au niveau du Parlement. Aux critères de la sagesse, l’expérience ou de la maîtrise dans le traitement des dossiers, Evariste Boshab répond bien. Juriste de formation, mieux encore constitutionnaliste de renom, il a été directeur de cabinet du chef de l’Etat, Joseph Kabila.  Plusieurs fois élu député dans son Mweka natal, ce professeur de droit à l’Université de Kinshasa a dirigé le PPRD en qualité de Secrétaire général. C’est lui qui a initié le slogan. Député national très présent dans les travaux en plénière comme en commission au sein de l’Hémicycle, Boshab a été bénéficié de la confiance de ses collègues élus pour diriger l’Assemblée nationale. Président de la Chambre basse, Boshab a réalisé un travail de taille en termes d’élaboration des lois.

Réélu en 2011 à Mweka, au Kasaï, il a été nommé au gouvernement Matata en tant que Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur. Bénéficiant de la confiance de la population de sa circonscription, le Prof a encore été réélu en 2018. Choisi par ses pairs pour présider la commission spéciale chargée d’élaborer le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, il a abattu un travail en un temps record pour doter la Chambre d’un texte de loi approuvé par la Cour constitutionnelle. Comme à l’Assemblée nationale, il a réalisé le même exploit au Sénat dans la mise en place d’un Règlement intérieur.

Dorian KISIMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom