Bindo: Kabemba inspire la peur

0

Elu député provincial dans la commune de Kasa-Vubu, Magloire Kabemba Okanja donne visiblement du fil à retordre à ses adversaires politiques. Depuis l’annonce de sa candidature à l’élection du gouverneur dans la ville de Kinshasa, ce natif de l’avenue Inzia est victime à maintes reprises d’une campagne de sape et d’intox. Vivant comme des poissons hors de l’eau, ses détracteurs, adversaires et concurrents politiques ne cessent de lui mettre des bâtons dans la roue. Tout récemment, faute d’arguments probants, ils viennent d’orchestrer un montage éhonté contre Magloire Kabemba, évoquant son implication dans l’organisation du jeu Bindo de triste mémoire en RD-Congo alors Zaïre. Mensonge grossier et véritable montage orchestré contre ce candidat gouverneur dont le casier judiciaire est vierge. Selon ses services approchés par AfricaNews, Magloire Kabemba n’a jamais travaillé chez Bindo, dans la mesure où l’affaire Bindo remonte aux années 90-91, période pendant laquelle il venait de terminer ses études de droit à l’Université de Kinshasa. D’ailleurs, soutiennent ses services, en 1991, Magloire Kabemba débutait son travail à la magistrature comme juge au tribunal de paix de Ngaliema à l’âge de 23 ans. Véritable machination!

Candidat gouverneur dans la ville province de Kinshasa, Magloire Kabemba Okanja ne cesse d’être victime des campagnes de sape et d’intox à travers les réseaux sociaux. A 11 jours de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs à travers le pays, ses adversaires politiques boutiquent des mensonges dont la finalité consiste à nuire à un candidat dont le casier judiciaire est vierge. Sur la toile, ils font circuler de fausses informations selon lesquelles Magloire Kabemba aurait participé à l’organisation du jeu Bindo de triste mémoire à l’époque du Zaïre. Faux, rétorquent ses proches, soulignant que Kabemba n’a jamais travaillé chez Bindo, dans la mesure où l’affaire Bindo remonte aux années 90-91, période pendant laquelle il venait de terminer ses études de droit à l’Université de Kinshasa. D’ailleurs, soutiennent-ils, en 1991, Magloire Kabemba débutait son travail à la magistrature comme juge au tribunal de paix de Ngaliema à l’âge de 23 ans.

«À la même période, monsieur Michel Bindo avait été déféré devant la justice avec ses collaborateurs dont son directeur financier pour escroquerie et abus de confiance, puis condamné. Il a fait la prison et a purgé sa peine. Mr Magloire Kabemba, magistrat de son état à l’époque, n’avait été mêlé à cette affaire ni de près ni de loin», font savoir ses services. Et d’ajouter : «Bien au contraire, il avait été victime de cette escroquerie comme bien d’autres RD-congolais car il avait placé ses pauvres économies de jeune magistrat dans cette affaire qui a tourné au vinaigre». Et de poursuivre davantage: «Mr Michel bindo est encore vivant. Près de 30 ans après, s’il y a de l’argent ou quoi que ce soit à réclamer, c’est auprès de lui qu’on devrait le faire. Qu’on aille lui réclamer des comptes et qu’on laisse tranquille Magloire Kabemba, victime de cette supercherie au même titre que d’autres RD-congolais». Ses services mettent en garde toute personne qui véhicule de tels mensonges, au risque d’ouverture d’une procédure judiciaire pour diffamation et imputations dommageables.

Kabemba a l’expertise pour le développement de Kinshasa

Actuellement élu député provincial dans la commune de Kasa-Vubu avec un score de plus de 8.000 voix, Magloire Kabemba n’a ménagé aucun effort pour convaincre ses pairs dans cette municipalité. Connaissant par cœur les forces et les faiblesses de Kinshasa, il engage sa lutte dans l’amélioration de la gouvernance pour une mobilisation maximale des ressources en faveur du développement intégré et intégral de la ville de Kinshasa en vue du mieux-être des Kinois.

Kabemba bénéfice aussi d’une solide expérience dans le domaine de la fiscalité, pour avoir travaillé à la Direction générale des impôts -DGI- où il a été cadre de commandement, successivement inspecteur des impôts et chef de division, receveur principal des impôts à la Direction de Grandes entreprises -DGE- de 1992 à 2007. D’avril 2007 à janvier 2008, il a assumé les fonctions de conseiller fiscal du gouverneur de la Ville de Kinshasa. A ce jour, plus rien ne peut constituer un obstacle pour son ascension. Son expertise accumulée dans le domaine de la fiscalité va être déterminante pour la suite de sa carrière au sein du gouvernorat de Kinshasa.

Tino MABADA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom