A Lubumbashi, Tshisekedi s’attaque à l’insécurité

0

Le Conseil supérieur de la défense a pris cette décision samedi 13 avril à Lubumbashi à l’issue de sa réunion présidée par le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Motif: il a été fait constat de déficit criant d’encadrement des hommes de troupe de la Police et de l’armée tournés vers le détachement dans le gardiennage et les sociétés minières, et l’insuffisance des moyens logistiques, au regard du rapport présenté par l’inspecteur général des Forces armées de la RD-Congo sur la situation sécuritaire de la ville de Lubumbashi et ses environs. A Lubumbashi, le Chef de l’Etat a pris langue avec les forces vives qui ont soutenu les mesures prises par le Conseil de la défense avant de s’envoler pour Goma, dans le Nord-Kivu, deuxième étape de sa tournée à l’intérieur du pays.

Parmi les maux qui gangrènent la RD-Congo et freinent son développement, on énumère, entre autres la corruption, l’impunité, le détournement des deniers publics, le coulage des recettes publiques, l’enrichissement illicite et j’en passe. Le tout sur fond de l’insécurité généralisée entrainant viol, violences sexuelles, massacre, déplacement forcé des populations, destruction de la faune et de la flore.  Lorsque l’impunité et la corruption sont érigées en système de gestion, le pays en fait les frais et ses citoyens sont anéantis. Fort de cette réalité qui constitue un handicap au développement de la RD-Congo et à la dignité de ses citoyens, le nouveau régime s’en va-t-en guerre contre les antivaleurs et entend imposer des nouvelles marques basées sur les valeurs républicaines et démocratiques. Mettre fin à l’insécurité figure parmi les priorités du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.      

Suppression de tout détachement d’hommes en uniforme

Entamant sa première visite à travers le pays, le Chef de l’Etat a choisi la ville de Lubumbashi, chef-lieu du Haut-Katanga, où il a présidé la réunion du Conseil supérieur de la défense. Après avoir constaté un déficit criant d’encadrement des hommes des troupes militaires et policiers tournés vers les sites miniers. Pour mettre fin à cette situation, le Conseil supérieur de la défense a décidé la suppression immédiate de tout détachement des policiers, militaires ainsi que des éléments de la garde républicaine -GR- dans le gardiennage et les sociétés minières sur l’ensemble du territoire national, instruisant par la même occasion  le gouvernement à prendre des dispositions utiles. Ce qui ressort dans le communiqué de presse lu par le ministre d’Etat en charge de la Défense nationale, anciens combattants et réinsertion a.i, Michel Bongongo.  Au cours de cette réunion, le Conseil supérieur de la défense a assuré que le calme règne sur toute l’étendue de la RD-Congo, à l’exception de quelques cas à l’Est notamment à Beni et Butembo où il a évoqué l’activisme des ADF et le virus à Ebola sur le plan sanitaire. Quant à la poursuite du processus électoral, la réunion de Lubumbashi a noté que les élections additionnelles se sont déroulées dans le calme à Beni, Butembo et Yumbi. 

La permutation des officiers et la relève des troupes militaires et policières évoquée

Concernant l’administration des hommes servant sous le drapeau, le Président de la République décidé de procéder dans les jours qui viennent à la permutation des officiers et à la relève des troupes au sein de l’armée et de la Police. Une décision dictée par l’audition des rapports du Chef d’Etat major général et du Commissaire général de la Police nationale congolaise -PNC. A cette fin, le Président de la République a décidé l’amélioration des conditions de vie des militaires et policiers RD-congolais et a promis la régularisation de leurs grades.

Quant à la démobilisation, le désarmement et la réinsertion -DDR-, Félix Tshisekedi a félicité tous les RD-Congolais ayant trouvé bon de déposer les armes et de se mettre à la disposition de la République, encourageant ceux qui hésitent encore à emboîter le pas aux autres. Le Chef de l’Etat a instruit le gouvernement  à tout mettre en œuvre pour le démarrage rapide des opérations pré-DDR et de DDR en vue de leur réinsertion sociale.

Retour des déplacés

Le Conseil supérieur de la défense qui a examiné la situation de Yumbi, dans le Mai-Ndombe, a annoncé le retour effectif et progressif, au fur et à mesure que le génie militaire s’applique à la reconstruction des infrastructures démolies, des compatriotes de ce coin du pays réfugiés au Congo Brazzaville et dans les provinces voisines de Kwilu et Kwango. Dans ce cadre, le gouvernement a été instruit à multiplier les efforts pour la réconciliation des communautés -Banunu et Batende- et la restauration de l’autorité de l’Etat en vue d’une paix durable. La sécurité doit être assurée sur l’ensemble du territoire national.

L’ordre rétabli à Kasumbalesa

Les responsables des principaux services impliqués dans la gestion du poste frontalier de Kasumbalesa ont eu une séance de travail dimanche 14 avril à Lubumbashi avec le Président de la République. Le Premier ministre et tous les ministres du secteur ont pris part à cette réunion en présence des responsables des régies financières et autres services des frontières. Deuxième porte douanière de la RD-Congo après le port de Matadi, Kasumbalesa connaît un dysfonctionnement dû à plusieurs interférences. Ici, les opérateurs décrient la lenteur ainsi que les tracasseries administratives. Préoccupé par l’assainissement du climat des affaires pour attirer les investisseurs en RD-Congo, le Président Tshisekedi a donné des instructions claires pour rétablir l’ordre à Kasumbalesa. Après Lubumbashi où le Chef de l’Etat a conféré avec les forces vives, il s’est envolé pour Goma, chef-lieu du Nord-Kivu.

Octave MUKENDI 

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom