Le RENADHOC condamne fermement des répressions sanglantes

0

A nouveau, le secrétariat exécutif national du Réseau national des ONG des droits de l’homme de la République démocratique du Congo -RENADHOC- a, dans un communiqué de presse, condamné fermement la répression sanglante lors de la marche pacifique des chrétiens organisée par le Comité laïc de coordination -CLC-, dimanche 25 février 2018. Il a adressé des recommandations aux institutions de la République ainsi qu’à la Communauté internationale afin que ces actes jugés inhumains ne se répètent plus lors des marches pacifiques à travers toute la RD-Congo.

Le RENADHOC a, dans son communiqué, sollicité au Président de la République de prendre toutes les dispositions utiles pour mettre définitivement fin aux répressions systématiques, sanglantes et meurtrières des manifestations pacifiques et de garantir le plein exercice des libertés publiques en RD-Congo. Il a également invité le Président de la République à redorer l’image ternie de l’Etat RD-congolais. Choquée, cette ONG humanitaire d’entraide et d’action sociale a sollicité au gouvernement de la République des mesures qui s’imposent pour que les familles des victimes des marches du 25 février et du 21 janvier 2018 ainsi que celles du 31 décembre 2017 soient rétablies dans leurs droits et dédommagées. La marche du CLC du 25 févier 2018 a connu deux morts, à savoir Rossy Mukendi Tshimanga à Kinshasa et Eric Boloko à Mbandaka. La structure a, en plus, demandé au gouvernement de décaisser les fonds nécessaires pour la prise en charge des personnes blessées, non sans solliciter la libération sans condition des personnes arrêtées.

«La Communauté internationale doit veiller à l’application stricte et intégrale de l’Accord de la Saint-Sylvestre pour que le processus électorale se déroule dans la sérénité et la paix avec l’implication effective de toutes les parties prenantes», a lancé le RENADHOC, recommandant au gouvernement de la RD-Congo et à la Communauté internationale de diligenter illico presto une enquête sérieuse et indépendante sur les tueries du 25 février et du 21 janvier 2018 ainsi que celles du 31 décembre 2017. Cette ONG souhaite que les responsabilités soient établies afin que les acteurs de ces actes et leurs commanditaires soient identifiés, poursuivis et condamnés.

Respecter scrupuleusement la Constitution

Les ONG réunies au sein du RENADHOC ont appelé le gouvernement à devoir dorénavant respecter scrupuleusement la Constitution et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme en laissant les citoyens exprimer librement leurs opinions et manifester en toute liberté. Elles ont enfin recommandé que l’Accord de la Saint-Sylvestre soit fidèlement appliqué, car «il constitue à ce jour la seule voie susceptible de mettre fin à la crise politique que connaît le pays actuellement». Il a tenu à souligner que les libertés d’expression, d’opinion, de réunion et de manifestation sont garanties par la Constitution de la RD-Congo et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme. «Le gouvernement a l’obligation de les respecter et de les promouvoir. Et qu’il a par conséquent l’obligation de protéger les citoyens et non de les réprimer. La vie humaine est sacrée et inviolable», a souligné le RENADHOC.

Les principaux objectifs des activités du CLC

Le RENADHOC a toujours rappelé les principaux objectifs des marches du CLC,  entre autres, la mise en application de bonne foi de l’Accord de la Saint-Sylvestre, la mise en œuvre effective des mesures de décrispation politique, notamment le retour en hommes libres de tous les exilés politiques, la libération sans condition de tous les prisonniers politiques et d’opinion, l’abandon des poursuites judiciaires injustifiées à l’encontre des opposants politiques,…; la fin de dédoublement des partis politiques de l’Opposition; le libre exercice des activités politiques sur tout le territoire national par les formations politiques de l’Opposition; le libre accès aux médias publics et particulièrement à la Radio-télévision nationale congolaise -RTNC- par tous les courants de pensée; la réouverture des médias privés arbitrairement réduits au silence par les autorités; le rapatriement sans délai de la dépouille mortelle du Président Etienne Tshisekedi et l’organisation des obsèques officielles à la hauteur de son rang; etc.

Le RENADHOC a par ailleurs dénoncé et condamné la mise en scène de ce qu’il qualifie de milice nommée «Bérets rouges» se réclamant du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie -PPRD-, parti du Président de la République Joseph Kabila. Ces gens ont envahi la Cathédrale Notre Dame du Congo la nuit du 24 février pour assister à la messe du dimanche 25 février, jour réservé à la marche pacifique du CLC. A cet effet, le RENADHOC a enfin invité le Procureur général à faire toute la lumière sur ce phénomène «Bérets rouges».

Tino MABADA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom