L’Opposition menace de boycotter l’élection du bureau définitif de l’Assemblée nationale

0

Une crise couve à la Chambre basse du Parlement et risque d’éclater au grand jour si on n’y prend garde. En fait, les violons sont loin de s’accorder entre l’Opposition et la Majorité représentée par le tandem FCC-CACH. Au centre de cette mésentente se trouve le non-respect de la répartition des postes au niveau du bureau définitif de l’Assemblée nationale telle que définie par le règlement intérieur de la Chambre basse.

Sur les sept postes que compte le bureau, la coalition FCC-CACH s’en est octroyé six, à savoir: le président, le 1er vice-président, le 2ème vice-président, le rapporteur, le questeur et le questeur adjoint. La coalition n’a laissé que le poste de rapporteur adjoint à l’Opposition parlementaire. Cette dernière a carrément rejeté cette portion congrue en exigeant la restitution des deux postes qui lui reviennent de droit, c’est-à-dire le 2ème vice-président et le rapporteur adjoint. Ce rejet de l’Opposition ouvre déjà la voie à une crise qui risque de ralentir la mise en place du bureau définitif de l’Assemblée nationale.  Le consensus sur la répartition des postes entre l’Opposition et la Majorité tarde à venir face à ce qui ressemble à des convergences parallèles. Pendant ce temps, le bureau provisoire de la Chambre n’attend plus que le procès-verbal devant être signé par les deux forces politiques en présence pour démarrer la machine électorale.

Manifestation du ras-le bol de l’Opposition

Le ticket du bureau définitif présenté par la Majorité ne laisse que le poste de rapporteur adjoint à l’Opposition. Cette gourmandise ne contente pas les députés nationaux membres des partis et regroupements politiques de l’Opposition. Certains manifestent déjà leur désappointement, déterminés à ne pas se laisser mener par le bout du nez. 

Dans les couloirs de l’Hémicycle, les bruits courent dans tous les sens. «Nous n’allons pas accepter ce dictat de la coalition FCC-CACH. Le Règlement intérieur prévoit le poste de deuxième vice-président et celui de rapporteur adjoint à l’Opposition. Mais nous sommes étonnés de l’égoïsme de nos frères de la Majorité qui veulent tout prendre. S’ils ne nous donnent pas les deux postes, nous allons simplement tout leur laisser. Et dans ce cas, nous ne prendrons pas part à l’élection des membres du bureau définitif», a indiqué un élu de l’Opposition qui a requis l’anonymat. Si les choses restent en l’état, la crise ne va tarder à franchir les portes de l’Hémicycle. Ce que les RD-Congolais ne souhaitent nullement car la mise en place d’autres structures des Institutions de l’Etat dépend de l’élection et la mise en place du bureau définitif de la Chambre basse. En réalité, les deux blocs doivent se dépasser et mettre de l’eau chacun dans son vin pour l’obtention de ce consensus indispensable à la répartition des postes dans le strict respect des textes légaux. La politique, c’est aussi l’art des concessions au mieux des intérêts de la République. Or, tant que cette étape qui bloque le mécanisme ne sera pas franchie, le bureau provisoire ne saura pas publier le calendrier électoral.

Dorian KISIMBA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom